Yoann Huget plaqué
La défense des Saracens a posé bien des problèmes aux Toulousains, comme l'ailier Huget | AFP - BEN STANSALL

Toulouse s'impose chez les Saracens

Publié le , modifié le

A Wembley, pour ce match-phare de la 2e journée de la Coupe d'Europe, le Stade Toulousain a réalisé un exploit en allant s'imposer (17-16) face aux Saracens. Ce premier succès à l'extérieur de la saison des hommes de Guy Novès leur permet d'être la seule formation de cette poule 3 à être invaincue. Et ils prennent l'avantage sur leur plus sérieux rival. dans l'autre match de la soirée, en poule 5 (celle de Montpellier qui reçoit l'Ulster samedi en direct sur France 2 à 16h40), les Anglais de Leicester ont fait le plein lors de la venue de Trévise (34-3).

Depuis le début de la saison, les Toulousains n'avaient pas remporté le moindre match à l'extérieur. Et ils ont choisi leur voyage à Londres, et plus précisément à Wembley, pour ouvrir leur compteur de la plus belle des manières. Et au meilleur moment. Après leur premier succès facile contre les Italiens de Zebre (38-5) la semaine dernière, ils passaient un test face à leur plus sérieux rival pour la qualification, les Saracens. Et ils l'ont fait, au courage, au mental, en équipe. Des valeurs uqi ne font pas forcément la réputation du Stade, mais qui demeurent le socle de chacun de ses succès.

Pourtant, longtemps, tout a semblé se liguer contre les quadruples champions d'Europe. Luke McAlister s'est d'abord fendu d'un 0/3 sur ses tentatives de pénalités. Puis, l'ouvreur All Black a été contraint de sortir du terrain, touché au bras à la 36e minute de la rencontre. En plus, malgré quelques opportunités, et la conduite du jeu en début de match (avec notamment cette percée de Huget à la 5e minute), ils ont été punis rapidement par les Anglais. Sur une passe mal assurée de McAlister pour Poitrenaud qui commettait un en-avant, les Sarries réalisaient un contre-parfait, avec une redoublée entre Ashton et Wyles (à la limite de l'en-avant), le centre venant conclure dans l'en-but (9e, 7-0). Toulouse réagisait à la 20e minute, en groupe, en force, avec un essai derrière un maul de Tolofua (7-7). 

Toulouse au courage

Mais la pression défensive des Anglais finissait par étouffer les Toulousains, qui commettaient des fautes et laissaient à Owen Farrell le soin de prendre le score jusqu'à mettre son équipe avec une nette avance (16-7 à la 51e minute). Avec un gros coaching, Guy Novès et ses troupes parvenaient petit à petit à refaire surface. Une pénalité de Doussain (66e), juste avant un essai inscrit sur la ligne par Picamoles (69e) et converti par le même Doussain, replacé à l'ouverture depuis la sortie de McAlister. Voilà comment Toulouse repassait devant d'un petit point (17-16, 69e).

Mais dans l'antre des footballeurs anglais, la tension était extrême jusqu'au bout. Pénalisés à deux reprises aux environs des 50m dans les cinq dernières minutes du match, les Toulousains offraient deux possibilités de victoire adverse. Mais sur la première, le coup de pied de Farrell était trop court, et sur la deuxième, il préférait ne pas la tenter. Et au courage, au prix d'une défense de tous les instants durant les cinq minutes d'arrêts de jeu, Toulouse tenait sa victoire, malgré une toute dernière tentative de drop de Farrell, trop courte. Et peut-être plus qu'une victoire, c'est un petit pas vers les quarts de finale qu'ils viennent d'accomplir.

Eliminés l'an dernier en poules par les Anglais de Leicester lors de la dernière journée, le Stade débute bien mieux cette nouvelle campagne européenne.