Les arrières toulouains et rochelais Thomas Ramos et Kini Murimurivalu
Le Toulousain Thomas Ramos (à gauche) et le Rochelais Kini Murimurivalu (à droite) | AFP

Toulouse et La Rochelle, destins croisés

Publié le , modifié le

Toulouse et La Rochelle disputent ce week-end sur la scène européenne la 2e journée, respectivement de la Challenge Cup et de la Champions Cup. Deux compétitions que les deux équipes ont découvertes le week-end dernier. Entre le plus beau palmarès du rugby français et un club qui n'a jamais gagné le moindre trophée au plus haut niveau, les différences sont nombreuses.

Une première découverte

Depuis le début des compétitions européennes, le Stade Toulousain s'était toujours qualifié pour la grande coupe d'Europe. 12e de la saison précédente, le club a pour la première fois découvert la phase de poules du Challenge européen. En recevant Cardiff vendredi (en direct sur France 4), les Toulousains vont donc disputer leur premier match à domicile dans cette compétiiton. De l'autre côté, La Rochelle n'avait jamais participé à la grande coupe d'Europe. Première de la saison régulière 2016-2017, l'équipe a gagné son ticket pour la Champions Cup. Et va disputer son premier match à Marcel-Deflandre, face à l'Ulster (dimanche en direct sur France 2).

Un début encourageant

Après 7 journées de championnat de France, Toulouse occupe la 3e place avec 24 points. La Rochelle est juste derrière (4e) avec 22 points. Et la semaine dernière, pour leurs débuts européens, chacun avait mis le cap sur l'Angleterre. Les Toulousains ont décroché le nul (20-20) sur le terrain de Sale, alors que les Maritimes sont allés s'imposer (34-27) chez les Harlequins.

Un palmarès opposé

D'un côté, le Stade Toulousain, ses 19 Boucliers de Brennus et ses 4 Coupes d'Europe. Sans oublier 19 demi-finales du championnat de France sur les 22 dernières saisons, c'est-à-dire depuis l'ère du professionnalisme. Des records. De l'autre, La Rochelle, sans le moindre titre au plus haut niveau, ni même la moindre finale. Après avoir souvent fait l'ascenseur entre la ProD2 et le Top 14, les Charentais disputent leur 4e saisons consécutive dans l'élite. 

Une affluence divergente

Pour disputer sa première rencontre de Champions Cup à domicile, La Rochelle va faire le plein. Pour le 25e match de suite, toutes compétitions confondues, ce sera à guichets fermés. A l'opposé, Toulouse ne fait plus recette. Ou ne faisait plus recette. Lors de la venue de Clermont début octobre, cela faisait plus d'un an que le stade Ernest-Wallon n'avait pas accueilli un match à guichets fermés. 

Un budget différent

La saison passée, Toulouse affichait le premier budget de France avec plus de 31 millions d'euros. A la Rochelle, c'était à peine plus que 18 millions, avec une 12e place dans la hirérachie du Top 14. Les résultats ont prouvé que l'argent ne suffisait pas à performer, puisque le Stade toulousain a fini 12e de la saison régulière, et les Rochelais 1ers. Cette saison, légère évolution avec un peu moins de 31 millions pour la Ville Rose (2e du championnat), et près de 23 millions pour les Maritimes (10e).

Vidéo: La renaissance de Toulouse

 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze