Osea Gear Stade Toulousain Connacht
Osea Gear (Stade Toulousain) face à la défense du Connacht | GABALDA / AFP

Toulouse battu par le Connacht en H Cup

Publié le , modifié le

Le Stade Toulousain a gâché une cartouche dans l'optique d'une qualification en s'inclinant à domicile face aux Irlandais du Connacht (14-16) lors de la 3e journée de la Coupe d'Europe. Dominateurs stériles, les Français ont buté sur une formation aussi réaliste que courageuse. Avec la victoire des Saracens contre le Zebre de Parme (10-39), cette poule 3 est désormais totalement relancée.

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir prévenu. Un Irlandais blessé est toujours dangereux. Le Connacht, qui restait sur 8 défaites en 9 matchs, l'a cruellement rappelé aux Toulousains. Ces derniers ont également eu la confirmation que dominer n'est pas gagner. Supérieurs physiquement, les hommes de Guy Novès ont trop fauté dans le dernier geste pour concrétiser leur supériorité. A l'inverse, le froid réalisme irlandais a fonctionné à plein régime. Symbole de l'efficacité du Connacht, Parks débutait son festival dès la 13e minute en passant une première pénalité avant d'enchaîner avec un drop d'école (0-6, 16e).

Barraque s'infiltre

Héroïques en défense, les Irlandais tenaient bon face aux tentatives rouges et noires jusqu'à une percée aussi rageuse que talentueuse de Jean-Baptiste Barraque. Parti au ras d'un regroupement, le demi d'ouverture enchaînait deux crochets casse-reins pour aplatir entre les perches. Exploit majeur pour une avance mineure à la pause (7-6).

Vidéo : l'essai de Barraque 

Tandis que l'absence de cadres comme Nyanga, Medart ou Fickou se faisait ressentir dans certains enchaînements, les Toulousains se faisaient de nouveau cueillir dès la reprise par une nouvelle pénalité de Parks (7-9, 45e). Puis c'était la grosse douche froide avec ce rush de Carr, conclu en force par Marmion (7-16, 49e). La pilule était dure à avaler pour les Stadistes, elle aurait pu complètement rester dans le gosier des Français si l'arbitre n'avait pas annulé un essai irlandais de Henshaw après un en-avant (58e).  

Dusautoir entretient l'espoir

Plus présents dans les duels, les Toulousains terminaient en force la rencontre en faisant plier le Connacht, vaillant mais épuisé. Thierry Dusautoir, en puissance, montrait l'exemple et ramenait les siens à deux points après son 7e essai en Coupe d'Europe et un nouvel arbitrage vidéo (14-16, 64e).

Vidéo : l'essai de Dusautoir

La fin de match était étouffante entre des Français conquérants mais brouillons et des Irlandais prêts à bondir sur le moindre contre. Finalement, force restait à la défense du Connacht qui arrachait une victoire certes étriquée, mais tellement méritée au vu des efforts déployés. Cette première défaite à domicile de la saison pour les Hauts-Garonnais relançait complètement cette poule 3 en même temps qu'elle annihilait les effets de la superbe victoire des Stadistes à Wembley face aux Saracens. Tout est à refaire... 

Déclarations : 

Guy Novès (manageur du Stade  toulousain): " Le scenario qui s'est produit sur ce terrain n'est pas celui  auquel on s'attendait. On pensait gagner aujourd'hui particulièrement même si  on n'a pas pris notre adversaire de haut. Les premières minutes nous ont fait  ressentir l'espoir d'avancer. Un essai, deux essais manqués en 10 minutes et on  s'est affolé et on n'a pas joué le rugby qu'il fallait face à une telle équipe.  Stratégiquement on ne s'est pas forcément adapté au repositionnement défensif  de cette équipe. Et puis on a perdu énormément de ballons. On a souvent buté  sur cette défense. On n'a plus de joker, comme les autres. C'est une défaite en  Coupe d'Europe qui remet en question notre victoire aux Saracens. Elle ne va  pas nous éliminer mais va remettre en question la suite. On est bien conscient  que la semaine prochaine le Connacht jouera le même rugby avec la même ferveur.   J'espère que le Stade toulousain sera différent".

Julien Lamotte