Champions Cup Toulon Leinster Ma'a Nonu122015
. | AFP - Paul Faith

Toulon renverse le Leinster

Publié le , modifié le

Toulon a obtenu un succès précieux (20-16) sur la pelouse du Leinster samedi lors de la 4e journée de Coupe d'Europe, sans accrocher toutefois le moindre bonus. Malmenés pendant près d'une heure, multipliant les fautes dont se sont nourries les Irlandais, les Toulonnais ont renversé la tendance en fin de partie. De son côté, Bordeaux-Bègles, dernier de sa poule, l'a emporté (33-27) devant les Ospreys.

Ces victoires permettent aux Varois et aux Girondins de redresser la tête, mais tous deux sont troisièmes de leur groupe et la qualification est loin d'être acquise. 

Le RCT après la pause

Toulon, triple champion en titre, a réalisé une seconde période majuscule pour aller s'imposer devant quelque 40.000 spectateurs à Dublin. Face au Leinster, qui n'est plus l'ogre dominant le continent comme il y a cinq ans, les partenaires de Matt Giteau ont remonté un handicap de 11 points (16 à 5 à la pause), en s'appuyant sur la puissance des avants. Devant un Lansdowne Road médusé, les Toulonnais métamorphosés ont resserré leur étreinte dès le retour des vestiaires et n'ont plus jamais lâché, inscrivant au total trois essais grâce au pack. Les Varois, qui ont mis au supplice le Leinster (pénalisé 12 fois en seconde période) sur le moindre ballon porté, peuvent toutefois regretter de n'avoir pas su concrétiser l'une de leurs nombreuses occasions pour inscrire le 4e essai synonyme de bonus offensif. 

Le RCT n'avait de toutes façons guère le choix. Même s'il compte un match en moins, il accuse six longueurs de retard sur le premier de sa poule, les Wasps, qui sont allés rafler la victoire à Bath (36-10) plus tôt dans la  journée. Il ne faudra donc pas mollir en janvier pour espérer se qualifier pour les  quarts de finale. Un objectif qui reste théoriquement à portée de  Bordeaux-Bègles, qui a battu les Ospreys 33 à 27 au terme d'une partie débridée.

L'UBB régale

L'UBB s'en est sortie pour sa première à Chaban, qui s'est régalé du  spectacle offert pour les premiers pas du centre australien Ashley-Cooper, et les observateurs retiendront qu'avec ses quatre essais, elle aura inscrit 5  points. Les hommes de Raphael ibanez ont récité une belle partition, malgré une discipline souvent mise à mal (deux cartons jaunes). Mise sur orbite par l'essai express de Rey (2e), à la conclusion d'un festival de passes dans la défense visiteuse, l'UBB a souvent imposé sa puissance, que ce soit dans la bataille des rucks, ou dans le jeu courant avec ses piliers  dans l'avancée et à l'origine de l'essai du tracteur Botha (14e).Les Ospreys, qui n'ont plus gagné à l'extérieur en Coupe d'Europe depuis 2009, ont fait mieux que résister, avec des séquences longues mettant leur hôtes sur le reculoir. L'essai de Tipuric (4e), en réponse à celui de Rey, a donné le ton de leurs intentions, même s'ils ont, au plus fort de leur domination lors du premier acte, égaré un ballon que Guitoune récupérait pour aller corser le score (25-7,33e). 

Au retour des vestiaires, l'expérience galloise prenait le dessus sur des  Bordelais pris en coin par Walker (52e), qui, paradoxalement, recréaient un  semblant d'écart sur un essai de 100 m -celui du bonus offensif- inscrit par  Lesgourgues, avec Talebula comme seul relais (65e). Le baroud d'honneur des visiteurs était efficace, articulé autour du capitaine Jones et du maître à jouer Biggar -un essai pour chacun-, qui ramenaient les Ospreys à trois longueurs (30-27, 74e) pour un double bonus là  aussi mérité.

Les Girondins peuvent regretter d'avoir abandonné aux Gallois le bonus offensif et défensif, en maîtrisant mal la fin de match. Mais cela entretient le suspense dans le groupe 2, chapeauté par les joueurs gallois (12 pts), devant Exeter (10, un match de moins), l'UBB (6, un match de moins) et Clermont (5, deux matches de moins). L'ASM, qui reçoit Exeter dimanche, est donc obligée de l'emporter pour ne pas décrocher dans cette course effrénée au tableau final.

Christian Grégoire