Bryan Habana Toulon Scarletts
Bryan Habana (Toulon) tente de percer la défense des Scarletts | BERTRAND LANGLOIS / AFP

Toulon manque ses finitions

Publié le , modifié le

Pour son entrée en lice dans la Champions Cup, Toulon l'a emporté à domicile face aux Gallois de Llanelli (28-18). Dominateur mais maladroit dans ses transmissions, le tenant du titre devra montrer un autre visage s'il veut sortir de cette Poule 3.

A l'instar du chauffeur de stade, chargé d'animer le fameux "Pilou Pilou" mais en rade de micro au moment de haranguer la foule, le RCT connu quelques problèmes à l'allumage. Mis en échec par une formation de Llanelli parfaitement en place, les Varois multipliaient les ballons tombés en phase offensive et si Halfpenny, titulaire à l'arrière à la place de Delon Armitage, non retenu, ouvrait le score (3-0, 7e), les Scarlets ripostaient par la botte de Priestland (3-3, 14e). Pourtant en infériorité numérique après l'exclusion temporaire de Pitman, coupable d'un plaquage haut, les Gallois semblaient partis pour l'exploit. Eux qui n'ont jamais franchi la phase de poule en Coupe d'Europe, et à qui l'on promettaient l'enfer à Mayol, étaient en train de tenir tête au champion d'europe en titre. Mais ces derniers possèdent en leur sein un joueur capable de débloquer les situations les plus complexes. Matt Giteau, une nouvelle fois, libérait les Rouge et Noir sur une inspiration de génie où il prenait l'intervalle dans un trou de souris et, après un relais avec Mermoz, aplatissait entre les perches après un ultime louvoiement (8-3, 18e).

L'essai de l'Australien, meilleur joueur du dernier Top 14, aurait pu, aurait dû, libérer les hommes de Laporte  mais ces derniers n'étaient pas au bout de leur peine puisqu'après un remarquable travail du centre Williams, le troisième ligne des Scarlets marquait en force (8-10, 28e). Vexé par la percée de son vis à vis gallois, Maxime Mermoz contrait alors le coup de pied de dégagement du centre de Llanelli et, après un driblling d'école, marquait à son tour en bout de course (15-10, 30e). Mais, cette fois encore, les 7e du Pro 12 ne se désunissaient pas et restaient au contact jusqu'à la pause (une pénalité de chaque côté, 18-13).

Halfpenny ne fait pas dans la demi-mesure

Si la première période était marquée par autant de rythme que de maladresses dans les transmissions, la seconde débutait par un jeu de gagne-terrain dans lequel les deux équipes se neutralisaient. Les Gallois, au bord du point de rupture surtout qu'ils évoluaient de nouveau à 14 après le carton jaune reçu par Phillips, pliaient mais ne rompaient pas, bien aidés par les étonnantes maladresses varoises dans le geste final. Certes, le RCT était rarement mis en danger et se montrait bien organisé en phase défensive, mais ses mouvements d'attaque manquaient trop de précision pour aller cherche le bonus offensif qu'ils briguaient clairement avant le coup d'envoi. Pire il restait à la portée d'un essai des Scarlets. Halfpenny, déjà très à son aise dans son rôle de buteur (15 points), redonnait un peu d'oxygène aux siens (21-13, 65e). 

A force de résister, Llanelli finissait par plier définitivement. Une ultime percée de Giteau, stoppé à quelques centimètres de la ligne, offrait le 3e essai toulonais à Steffon Armitage (28-13, 72e) auquel répondait Phillips, qui sauvait l'honneur gallois dans les ultimes secondes (28-18, 80e). Si la victoire du tenant du titre était attendue, il faudra tout de même se montrer plus convaincant face aux deux autres terreurs annoncées de cette poule 3, Leicester et l'Ulster. 

Les réactions de Mermoz et Bastaraud après le match en vidéo : 

La réaction de Mathieu Bastaraud après le match en vidéo : 

Julien Lamotte