Nick Abendanon Clermont Sale
L'arrière de Clermont Nick Abendanon | THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Toulon et Clermont pour enfoncer le clou

Publié le , modifié le

Leaders respectifs de la poule 1 et 3, Clermont et Toulon peuvent faire un pas de plus vers les quarts de finale de la Coupe d'Europe. Lors de cette 5e journée, les Toulonnais accueillent les Irlandais de l'Ulster qui n'ont gagné qu'un match. Les Anglais de Sale, qui reçoivent les Clermontois, n'ont toujours pas accroché une victoire dans la compétition. L'appétit de leur adversaire sera donc décuplé. Schéma inverse pour Castres, toujours fanny, en déplacement chez le redoutable Leinster (poule 2).

"Le relâchement est un mot que les Anglais ne connaissent pas." Benjamin Kayser est bien placé pour parler de l'état d'esprit des Anglais, lui qui a évolué à Leicester durant deux saisons. Le talonneur international de Clermont a donc prévenu ses coéquipiers, à l'heure de défier une formation de Sale, qui ne compte que deux points et aucune victoire dans cette compétition. Mais attention, le Munster ne s'était imposé sur cette pelouse que d'un point en octobre (27-26), les Saracens que de quatre en décembre (19-15). Bien sûr, l'ASM avait laminé les Anglais lors de leur venue à Marcel-Michelin (35-3). Le danger demeure. Et l'objectif est clair: "Cette rencontre face à Sale est très importante, nous devons aller chercher un résultat pour garder la tête et rester maîtres de notre destin", souligne le capitaine Damien Chouly, sur le site internet du club. "Nous ne pouvons pas nous permettre de passer à côté de cette rencontre. Il nous reste deux rencontres à jouer, il faudra faire un sans-faute pour conserver notre place. Nous devons finir le travail", abonde l'ouvreur Camille Lopez.

Les trois-quarts toulonnais malades

Situation identique pour Toulon, qui a l'avantage de recevoir l'Ulster. Mais le RCT a dû faire face, en fin de semaine, à une épidémie d'état grippal dans sa ligne de trois-quarts, contraignant le staff à annuler purement et simplement l'entraînement. "Il faut qu'on gagne, et même en gagnant avec le point de bonus, on n'est pas qualifiés", rappelle Bernard Laporte, le manageur. "Il n'y a pas à calculer. Pour se qualifier, il faut gagner les deux prochains matches." Un objectif compris par ses troupes, parmi lesquelles Drew Mitchell: "Ce n'est pas une situation  nouvelle pour nous. Bernard (Laporte) nous donne fréquemment des objectifs tout  au long de la saison sur des blocs de matches." Critiqués lors de la cuisante défaite au Stade Français avant Noël, les joueurs varois ont retrouvé leurs vertues depuis ce qui devrait éviter tout risque de laisser-aller, selon l'ailier australien: "On a su redresser la barre depuis." Ali Williams, le deuxième ligne néo-zélandais qui a annoncé jeudi que cette saison serait la dernière de sa carrière, souligne les forces de l'Ulster: "Ils sont physiques, bien organisés, et essayent de jouer en avançant pour que le ballon sorte vite. On a gagné chez eux mais cela ne veut pas dire qu'on va gagner chez nous."

A Castres, les années se suivent et se ressemblent. Ces deux dernières saisons, même lorsque le CO marchait bien en Top 14, l'Europe était une lente agonie. Le mauvais début de saison en championnat n'a pas arrangé les choses. Un seul bonus défensif glané depuis le début de la compétition, c'est peu. Le voyage au Leinster ne devrait pas améliorer la situation. Les Irlandais comptent profiter de ce match et de l'affrontement au couteau entre les Harlequins et les Wasps pour prendre les commandes de cette poule 2. Les Castrais pourraient en faire les frais.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze