Matt Giteau Toulon
Matt Giteau (Toulon) | GEOFF CADDICK / AFP

Toulon dans l'histoire

Publié le , modifié le

Auteur d'un match presque parfait, le RC Toulon a réussi à conserver son titre de champion d'Europe en dominant les Anglais des Saracens au Stade Millenium de Cardiff (23-6). Les hommes de Bernard Laporte peuvent maintenant briguer un fabuleux doublé s'ils remportent la finale du Top 14 face à Castres samedi prochain.

Toulon soulève la Coupe d'Europe en vidéo :

Toulon domine l'Europe. S'il est trop tôt pour dire que le club varois est paré pour établir une dynastie en H Cup, il a en tout cas toutes les armes pour régner longtemps. Puissance, maîtrise, gestion des temps forts et des temps faibles, le RCT devra seulement gérer "l'après Wilkinson" pour espérer prolonger son hégémonie sur le Vieux Continent. Pas une mince affaire tant l'ouvreur anglais a été un guide inspiré. Il ne l'a même jamais autant été que face à ses compatriotes ce samedi après-midi.

Les Saracens manquent trois coups de pied

Dès les premières minutes, les Saracens posaient pourtant leur lourde patte sur le jeu. Mieux organisés en mêlée fermée, les Anglais mettaient au supplice leurs homologues toulonais et héritaient rapidement d'une première pénalité. Owen Farrell ouvrait le score (3-0, 3e) et faisait craindre le pire pour le RCT, brouillon et fébrile sur ses rares initiatives balle en mains.Malmenés, les hommes de Bernard Laporte auraient pu bénéficier d'un énorme coup de pouce si le rebond dans l'en-but anglais après un contre, avait été favorable à Tillous-Borde (16e). De la chance, en revanche, Toulon en avait sur les tentatives de coups de pied des Saracens, Farrell manquant une pénalité et un drop, et Bosh manquant également un coup de pied lointain.

Dans ces conditions, auxquelles s'ajoutait l'expulsion temporaire de Fernandez Lobbe pour un tirage de maillot dangereux, les Varois pouvaient s'estimer heureux de ne pas être décrochés au score. Mieux, sur une inspiration géniale de Matt Giteau, ils plantaient une première banderille dans l'échine des Saracens. Le trois-quart centre australien, tapait un coup de pied à suivre pour Mitchell sur l'aile, qui retrouvait son compatriote d'une remise acrobatique pour un essai de funambule (3-7, 29e). Les Wallabies venaient de permettre aux leurs de faire un bond vers la victoire. Jonny Wilkinson, pour sa 10e finale en carrière, se mettait au diapason en passant un drop somptueux, du pied droit, juste avant la pause (3-10, 38e).

L'essai de Giteau en vidéo :

"Génie" Wilkinson

Si Farrell, dominé dans son duel avec "Wilko", tentait de relancer les Anglais dès la reprise (6-10, 46e), son aîné lui répondait avec l'assurance du maître à l'élève (6-13, 54e). Puis, comme dans un rêve, Matthieu Bastaraud s'offrait une charge dont il a le secret, avant de décaler Juan Smith en position d'ailier. Le troisième ligne sud-africain jouait parfaitement le coup avec Fernandez Lobbe et aplatissait en coin (6-18, 60e). Jonny Wilkinson, en lévitation, transformait dans un angle impossible avant de repasser trois points sur une pénalité dans la foulée (6-23, 64e). 100% de réussite pour l'ouvreur anglais qui, pour son dernier match européen, ne pouvait pas espérer plus belle sortie. Avec ce doublé, Toulon rejoint dans l'histoire Leicester (2001-2002) et le Leinster (2011-2012), les deux seuls clubs à avoir à réussi le doublé d'une année sur l'autre. 

L'essai de Smith en vidéo :

La réaction de Wilkinson après le match en vidéo : 

Julien Lamotte