Matt Giteau
Matt Giteau résiste | AFP

Toulon coule les Sharks

Publié le , modifié le

Magistral! L'Amiral Laporte peut être fier. Son navire de guerre n'a fait qu'une bouché de faibles Sale Sharks. Toulon s'en est donné à coeur joie sur sa pelouse de Mayol, plongeant neuf fois derrière la ligne d'en-but anglaise lors de la 4e journée de H-Cup (62-0). Les leaders du Top 14 en profitent pour reprendre leurs aises en tête de la poule 6. Seul Montpellier semble encore en mesure de contester leur impressionnante suprématie.

Ultra-dominateur tout au long de la partie, Toulon a offert un véritable feu d’artifice au public de Mayol. Au lendemain de la victoire de Montpellier, revenu à sa hauteur en tête de la poule 6, le RCT a tapé du point sur la table pour reprendre ses aises. Une large victoire et un point de bonus offensif plus tard, les hommes de Bernard Laporte caracolent en tête. Seuls les Héraultais largement battus au match aller (37-16) peuvent encore leur contester la qualification pour les quarts de finale.

Trente premières minutes infructueuses

Il a pourtant fallu une demi-heure aux Varois pour franchir la ligne d’en-but de valeureux anglais. Si Michalak a transformé une première pénalité (3-0, 6e), il s’est ensuite contenté de faire jouer à la perfection sa ligne d’attaque. Sale a empêché Botha et Gunther de marquer, mais n’a rien pu face à Orioli porté par un pack surpuissant en terre promise (10-0, 31e). Le premier essai d’une longue ribambelle. En feintant une passe à Giteau, Michalak a trompé la défense adverse. Malgré sa glissade, il était le plus prompt pour aplatir du bout des doigts (17-0, 37e). Les vagues toulonnaises n’ont cessé de déferler sur des Anglais dépassés. Seules quelques maladresses et approximations ont empêché les Rouge et Noir d’enfoncer le clou.

Dès le retour des vestiaires, Joe Van Niekerk en bon capitaine montre la voie du bonus aux siens, bien servi par Steffon Armitage (24-0, 45e). Les Sharks tentent de sortir la tête de l’eau mais offrent surtout de nombreux espaces dans lesquels les ogres toulonnais s’engouffrent sans vergogne. Mc Kenzie a même précipité la chute des siens, sanctionné d’un carton jaune pour un plaquage à retardement (51e). La sanction fut immédiate. Smith, intenable sur son aile, a percé. Armitage était au soutien et Kubriashvili a conlu cette belle séquence (31-0, 52e). Le stade Mayol est en furie, les journaux volent et la Rade s’embrase. Cela ne suffit à combler les appétits des vice-champions de France. Le carton jaune stupide de Shaw (56e) n’a en rien brisé leur élan. Et Smith a poursuivi son festival. L’ailier samoan a envoyé une superbe ogive vers Van Niekerk avant que Tillous-Borde puis Armitage ne viennent au relais.

Les essais pleuvent à Mayol

L’Anglais enfonce ses compatriotes tout en puissance (38-0, 58e). Son frère Delon n’a pas voulu laisser sa part du festin. D’un coup de pied à suivre il a mystifié quatre adversaires pour s’écrouler à "dam" (43-0, 61e). Cap’tain Joe a donné encore plus d’ampleur au score, servi sur un plateau par un Giteau royal (50-0, 67e). Smith a ensuite mis un point d’honneur à poser son empreinte sur ce match. D’abord en réduisant six britanniques au rang d’épouvantail face à ses cannes de feu, pour envoyer son alter-ego Wulf en terre promise (57-0, 76e). Puis en prenant tout le monde de vitesse sur une passe au pied de Sir Jonny Wilkinson entré 10 minutes plus tôt (79e). Leaders du Top 14, le RCT assume son statut face aux Sharks, derniers de leur championnat. Toujours invaincu sur la scène européenne, Toulon n’a pas encore trouvé son maître. Les quarts de finale sont proches.

Bernard Laporte (manager de Toulon): "J'ai pris beaucoup de plaisir. Je félicite mes joueurs pour leur prestation collective, leur volonté de tenir le ballon et de déplacer le jeu. On fait une première période de bon calibre en marquant deux essais et en passant cinq fois la ligne en tout. Les efforts consentis ont payé en deuxième période. Tout le monde a été au diapason de l'équipe. Bravo aux joueurs. Ce sont eux les artistes!"

Voir la video

Voir la video

Voir la video

Jerome Carrere