Toulon - Wasps
Romain Taofifenua (Toulon) | JUSTIN TALLIS / AFP

Toulon au pied du mur européen

Publié le , modifié le

La victoire, ou la sortie dès la phase de poules: Toulon n'a plus guère d'alternative dans la compétition que battre les Wasps dimanche pour reprendre la main dans la terrible poule 5 et s'offrir un dernier match à enjeu à Bath le week-end prochain. Problème: le triple tenant du titre n'aborde pas ce rendez-vous avec beaucoup de confiance, surtout lorsqu'il s'agit d'évoluer à l'extérieur.

Les Toulonnais vont avoir beaucoup à faire pour espérer revenir jouer les premiers rôles; notamment retrouver une efficacité offensive qui leur a grandement fait défaut lors de leurs dernières sorties. Et ce qui n'est pas pour arranger les choses, leur grand chef d'orchestre Matt Giteau, blessé, et qui sera opéré des adducteurs lundi, ne sera pas là pour remettre de l'ordre. Il faudra pourtant faire sans lui pendant plusieurs mois. A son absence se sont ajoutées pour dimanche celles du capitaine et troisième ligne Juan Martin  Fernandez Lobbe, et du polyvalent arrière James O'Connor, en pleine forme avant de recevoir un coup face à Bath. Les joueurs aptes donnent aussi du souci au manager varois Bernard Laporte. Surtout deux des "Quatre Fantastiques" recrutés par son président Mourad  Boudjellal à l'intersaison: Quade Cooper et Ma'a Nonu.

Les performances de l'ouvreur australien, de nouveau titulaire dimanche malgré la bonne entrée en jeu de Frédéric Michalak contre Bath -- il a passé la pénalité de la victoire -- et du centre all black sont très décevantes, mais ils sont défendus par leurs coéquipiers. De toutes façons, les Varois ne s'en sortiront que collectivement. D'ailleurs, le groupe pourrait trouver une motivation supplémentaire en se soudant contre les éléments extérieurs et tirer également sur une autre vieille ficelle, le fameux "esprit de revanche" après avoir été balayé à Londres à l'aller (6-32). "Il y aura un peu de revanche chez certains joueurs qui sont passés au  travers lors du match aller, abonde Laporte. Ça peut amener de la motivation, mais ça ne fait pas tout." Il faudra aussi de la confiance, de l'application et de la rigueur défensive, mais surtout ne pas hésiter à mettre du jeu, pour pouvoir prendre l'ascendant, et ne pas laisser une éventuelle qualification à la merci de paramètres difficiles à contrôler.

Christian Grégoire