Saracens, Chris Ashton
Chris Ashton (en bas à gauche) et ses coéquipiers des Saracens | BEN STANSALL / AFP

Saracens FC, la nouvelle référence anglaise

Publié le , modifié le

L’adversaire du Rugby Club Toulonnais, dimanche à Twickenham, est un peu le nouveau riche du championnat anglais. Champion en 2011, il vise la consécration européenne pour rejoindre Bath, Leicester ou les Wasps au palmarès.

Un club respecté mais guère charismatique. Voilà ce qu’est le Saracens Football Club, leader actuel du Guinnesse Championship en course pour un doublé à coup sûr retentissant. Contrairement aux abeilles londoniennes (les Wasps) ou aux tigres des Midlands (Leicester), les Saracens ne bénéficient pas (encore) d’une réputation à la hauteur de leurs ambitions à l’échelle continentale.

Le club du nord-ouest de Londres joue les premiers rôles depuis quelques saisons dans le championnat national mais les retombées médiatiques de ses exploits semblent moindres que celles de leurs rivaux (Bath restera à jamais le premier club anglais vainqueur de la H Cup tandis que Leicester possède un nombre de supporters nettement plus élevé).

Des mini-Springboks

Vice-champion en 2010, sacré en 2011, les "Sarries" prennent peu à peu la place de Leicester au firmament du rugby anglais. Quasi invincibles dans leur enceinte de Vicarage Road qu'ils partagent avec les footballeurs de Watford, les Saracens n'ont pourtant vraiment brillé qu'une seule fois sur la scène continentale (demi-finale en 2008) avant cette saison.

Avec un effectif cosmopolite dont douze joueurs sud-africains (en comptant les internationaux ayant opté pour le XV de la Rose comme le centre Brad Barritt, le pilier Matt Stevens ou le 2e ligne Mouritz Botha), les Saracens de l’insupportable ailier Chris Ashton disposent des armes nécessaires pour terrasser les plus grands, à commencer par le Ercété ce dimanche.