Le drapeau de la province de l'Ulster en hommage aux victimes des attentats
Le match entre Oyonnax et l'Ulster a été reporté samedi, mais les supporteurs irlandais étaient là devant le stade Charles-Mathon pour apporter leur soutien aux victimes des attentats. | AFP - ROMAIN LAFABREGUE

Quand rejouer les matches de coupes d'Europe ?

Publié le , modifié le

Le tragique vendredi 13 novembre à Paris a conduit les organisateurs de la Coupe d'Europe à reporter cinq matches qui devaient se jouer en France. Ils doivent désormais trouver une date pour rejouer ces rencontres, et ce ne sera pas simple. Entre la Coupe d'Europe, le Top 14 et à partir du mois de février le Tournoi des 6 Nations, aucun week-end n'est disponible. Deux scénarios sont possibles: faire jouer ces matches en pleine semaine, ou décaler les matches du Top 14 des équipes concernées pour les remettre plus tard, quitte à créer un doublon supplémentaire durant le Tounoi.

Les joueurs toulousains auraient sans nul doute préférer ne pas jouer ce week-end. Mais leur première rencontre en Coupe d'Europe se disputait chez les Saracens, et les quadruples champions d'Europe y ont coulé (32-7) samedi, au lendemain de cette terrible soirée à Paris. En revanche, les joueurs d'Oyonnax, qui devaient recevoir les Irlandais de l'Ulster, ont vu leur match reporté tout comme ceux du Racing, qui accueillaient Glasgow, ceux de Toulon, contre Bath, et enfin les deux duels franco-français entre Bordeaux-Bègles et Clermont (en Coupe d'Europe) et entre Pau et Castres (en Challenge).

Pour ces cinq rencontres, la difficulté, bien dérisoire évidemment par rapport au drame, est de trouver une date. Car jusqu'à la fin de la saison, il n'existe pas le moindre week-end sans match de rugby. Que ce soit la Coupe d'Europe (week-ends du 21-22 novembre, du 12-13 et du 19-20 décembre, des 16-17 et 23-24 janvier), le Top 14 (week-ends du 28-29 novembre, des 5-6 et 27 décembre, des 2 et 9 janvier) ou le Tournoi des 6 Nations (6-13-26 février et 13 et 19 mars). En plus, pour conserver l'équité entre les équipes, la dernière journée de la phase régulière (22-23-24 janvier) doit faire jouer les matches d'un groupe au même moment. Il faut donc que ces rencontres soient disputées avant ce dernier week-end de janvier, qui précède le début du Tournoi des 6 Nations.

Le propriétaire du club de Bath, Bruce Craig, estime pour sa part que sa rencontre à Toulon ne pourra pas avoir lieu: "Cela me semble très clair que le match contre Toulon ne pourra pas avoir  lieu", a-t-il dit dans le Daily Telegraph. "Il n'y a juste aucun week-end de  libre entre maintenant et la fin de saison. C'est inacceptable que le  calendrier international ne prenne pas en compte les compétitions domestiques.  On continue de jouer pendant le Tournoi des six nations pour que tout puisse  tenir. Il y a 33 week-ends, tous utilisés, et aucun trou." Et de lancer: "Jouer en milieu de semaine, ce n'est pas une option pour moi car cela va à  l'encontre de la santé des joueurs et également de l'intégrité de deux  compétitions. En aucune façon on ne doit laisser cela se produire. On ne peut  pas jouer trois fois en une semaine". 

En semaine ou à la place du Top 14 ?

Pour l'European Professional Club Rugby (EPCR), organisateur des compétitions européennes, les choix sont donc restreints. Le premier consisterait à placer ces matches en milieu de semaine. Cela aurait deux inconvénients: imposer aux joueurs de disputer un match tous les trois jours, et risquer d'avoir des stades beaucoup moins remplis, et une audience télévisuelle moindre. Le deuxième serait d'obtenir des Ligues concernées de placer ces matches lors d'un week-end prévu pour les championnats nationaux, charge à eux ensuite de trouver un autre emplacement dans leur calendrier surchargé. Et là, on peut revenir à des matches placés en milieu de semaine, qui auraient donc les mêmes inconvénients que précédemment cités, ou alors à imposer un nouveau doublon championnat-équipe de France. Durant le Tournoi, lors du match entre le Pays de Galles et la France (26 février) et entre l'Ecosse et la France (le 13 mars), des journées de Top 14 sont prévues. Trois autres week-ends sont disponibles pour un schéma identique, ce qui affaiblirait une fois de plus les clubs possédant des internationaux. 

L'EPCR devrait prendre une décision dans les deux jours, et son président, Simon Halliday, a indiqué: "Nous allons trouver une solution à tout ça. Les différentes parties concernées seront consultées dans le cadre  de la procédure (...) C'est une situation sans précédent et il faut tenir  compte de toutes les sensibilités."