Racing-Metro - Clermont
Le Racingman Marc Andreu tente de plaquer le Clermontois Nalaga | AFP - LIONEL BONAVENTURE

Nalaga cité et suspendu par l'ERC

Publié le , modifié le

Sanctionné d'un carton jaune pour avoir levé la jambe dans le visage de Marc Andreu, venu pour le plaquer, Napolioni Nalaga a été cité par l'ERC. Et cette citation entraîne automatiquement sa suspension pour le prochain match de Clermont, contre les Harlequins, dimanche, lors de la 2e journée de la Coupe d'Europe.

C'est un gros coup dur pour Clermont. Après avoir perdu (13-9) son premier match de Coupe d'Europe au Racing-Métro dimanche soir, les Clermontois vont devoir se relever à domicile, contre les Harlequins, sans leur ailier Nalaga. L'ailier fidjien a en effet été cité lors de ce match, suite à un plaquage tenté par Marc Andreu. Le Francilien, qui se baissait pour l'attrapper aux jambes, a été heurté au visage par le genou du Clermontois. L'arbitre, Nigel Owens, lui a alors infligé un carton jaune après examen de l'arbitre vidéo Derek Bevan. Cité par le commissaire, et devant comparaître devant la Commission de discipline de l'ERC, le joueur est automatiquement suspendu dans l'attente de son jugement. Et la 2e journée arrive dès le week-end prochain, avec la réception déjà décisive des Harlequins, battus chez eux par les Scralets (33-26).

Le vice-champion d'Europe en titre se voit donc contraint de se passer d'une de ses forces majeures, ce qui a mis très en colère ses dirigeants. "Le carton jaune était déjà ridicule, la citation devient grotesque", s'emporte Jean-Marc Lhermet, le manageur de l'ASM sur le site du club. "Cette citation franchit un nouveau cap vers la dénaturation de notre sport. Le rugby est un sport de contact, à aucun moment Nap’s ne cherche délibérément à blesser le joueur adverse qui se jette dans ses genoux. Je veux bien rencontrer ces messieurs, derrière leurs bureaux, afin qu’ils m’expliquent comment faire une percussion sans avancer le genou, que nous cherchions ensemble le texte de l’IRB qui mentionne le fait qu’il est interdit de lever les genoux lorsque l’on coure. Je pousserai le ridicule en leur expliquant que si on avance l’épaule sans lever le genou … on tombe !" Franck Azéma, l'entraîneur adjoint de Vern Cotter, est du même avis: "Qu’est ce que je dois apprendre à mes joueurs ? Que lorsqu’ils vont au contact leur priorité doit être de protéger leurs adversaires ? (...) Franchement, j’apprécie le courage de Marc Andreu qui a eu la volonté, avec un lourd déficit en poids, de se jeter dans les jambes de Nap’s pour l’arrêter, mais c’est un fait de jeu, rien d’autre ! Bientôt, on dira que prendre un coup d’épaule ça fait mal et que les attaquants doivent mettre les mains en avant, puis on inventera une règle ! Marc a eu du courage en ayant conscience des risques, il va devenir un pionnier et c’est bien dommage !"

Il est vrai qu'entre le mètre soixante-dix et les 75 kilos de Marc Andreu et le mètre quatre-vingt-onze et les 109kg de Napolioni Nalaga, le différentiel est très important. Et entre le joueur  plus petit qui se baisse et le joueur plus grand qui lève le genou, le contact est spectaculaire. Est-il suffisamment dangereux pour encourir une suspension ? Le commissaire à la citation le pense. La commission de discipline de l'ERC le dira prochainement. En attendant, Clermont devra faire sans le meilleur marqueur de la saison passée sur la scène européenne.