Montpellier / leicester
. | AFP

Montpellier prend la leçon devant Bath

Publié le , modifié le

Si Montpellier avait encore une chance très minime de pouvoir accrocher une qualification in extremis en Coupe d'Europe, ses espoirs ont été complètement annihilés face aux Anglais de Bath, dominateurs dans tous les secteurs de jeu, qui sont venus donner la leçon aux Héraultais (30-5), à l'Altrad stadium, vendredi lors de la 3e journée.

Autour d'une équipe rajeunie les partenaires du capitaine Thibaut Privat, sanctionnés de trois avertissements, ont subi la supériorité des Anglais, emmenés par ses avants et son jeune demi  d'ouverture international George Ford.
Montpellier, pourtant déterminé et bien rentré dans le match, a été dominé tout au long de la première période où il a subi l'ascendant du pack anglais,  nettement supérieur en mêlée et sur les mauls pénétrants. Occupant avec pragmatisme le camp montpelliérain, Bath a ébauché son succès grâce à un drop et deux pénalités de l'ouvreur Ford. Dans le dernier quart d'heure de la première période, Bath exploitait les cartons jaunes infligés à Antoine Battut (26), puis Thibaut Privat (39) pour  inscrire deux essais. Le premier par le pilier Henry Thomas (35), le second sur un essai de pénalité (40) consécutif à une mêlée.

Dix minutes après la pause, les Anglais ajoutaient un troisième essai, à nouveau autour de leurs avants et du N.8 Houston et menaient de trente points (0-30, 51). Montpellier marquait un essai en fin de match par Alex Tulou (70), qui  sauvait l'honneur mais ne changeait rien à la crise dont le club ne semble pas pouvoir se sortir  Voici l'équipe enfoncé encore un peu plus dans le marasme après cette véritable déroute. L'équipe de Fabien Galthié, fragilisé par cette humiliation, a étiré sa  série noire, ajoutant une sixième défaite consécutive à son désastreux bilan,  et a alourdi le climat ambiant, plombé depuis l'éviction de l'entraîneur des avants Mario Ledesma. Elle a même encaissé sa plus sévère défaite en Coupe  d'Europe, faisant montre pendant cinquante minutes d'une rare impuissance.

Christian Grégoire