Leicester - Montpellier
Le Montpellierain Gorgodze à la charge de Leicester | AFP - ANDREW YATES

Montpellier et Racing, l'honneur en jeu

Publié le , modifié le

Avec une seule victoire au compteur, Montpellier et Racing-Métro ont leur avenir bien bouché en Coupe d'Europe. Lors de la 4e journée, les Parisiens se rendent chez les Harlequins, qui leur ont donné une leçon la semaine dernière à Nantes (32-8). A domicile, Montpellier veut mettre fin à la série de trois défaites de rang (toutes compétitions confondues) lors de la venue de Leicester, vainqueur la semaine dernière (41-32).

"Si on fait des calculs, il est vrai que la qualification est plus que compromise." Voilà la situation de Montpellier résumée par l'entraîneur des avants, Mario Ledesma. Une semaine après avoir pris le bonus offensif en perdant néanmoins à Leicester (41-32), les Hérultais voient arriver sur leurs terres les Anglais. Les 21 points de retard pris dans les quinze premières minutes sont dans toutes les têtes. Et le carton plein réalisé par l'Ulster, leader de cette poule 5, n'a fait qu'éloigner les troupes de Fabien Galthié d'une position qualificative. Avec cinq points au compteur, et six longueurs de retard sur les Tigres qu'ils accueillent, les coéquipiers de Fulgence Ouedraogo, toujours absent, ne peuvent plus rêve de grand-chose. C'est pour cela que l'équipe de départ a été grandement remaniée.

Ce n'est pas le cas du Racing-Métro, dernier de la poule 4, qui rend visite aux Harlequins. La semaine dernière, pour leur deuxième match délocalisé à Nantes, les Parisiens avaient subi une deuxième belle déculotée (32-8). Leur seul espoir, c'est qu'ils ne sont qu'à un point des Anglais, 2e d'une poule de plus en plus promise aux Clermontois. C'est pour cela, et aussi du fait d'une richesse d'un groupe bien supérieure à celle de Montpellier, que les noms alignés donnent encore du crédit à cette formation: Hernandez à l'arrière, une paire de centres Chavancy-Roberts, une charnière 100% Lions Phillips-Sexton, et sur le banc les internationaux Ben Arous, Ducalcon, Le Roux, Machenaud et Fall. Au Twickenham Stoop, les hommes de Laurent Travers et Laurent Labit peuvent-ils enfin donner leur pleine mesure et se montrer à la hauteur des investissements de l'inter-saison ?