USAP-Edimbourg
Le 3e ligne centre de Perpignan Narraway entre deux Ecossais | AFP-Raymond Roig

L'USAP prend la mesure d'Edimbourg

Publié le , modifié le

Perpignan a facilement pris la mesure d'Edimbourg en s'imposant (31-14) dimanche lors de la 2e journée de Coupe d'Europe. Après un départ poussif, les Catalans, solides en mêlées, ont trouvé le rythme et mis en difficulté des Écossais peu inspirés. Avec ce succès bonfiié, l'USAP se replace en 2e position du groupe 6.

Avec notamment l'intenable centre sud-africain Wandele Mjekevu. auteur de deux essais, Les Perpignanais ont fait ce qu'il fallait faire pour se sortir de l'habituel carcan européen, en refusant de cantonne leur  jeu à une simple bataille d'avants. Après une première période très compliquée, au cours de laquelle ils se sont épuisés dans des affrontements sans relief, n'ont pas su concrétiser leurs occasions, et et se sont même laissés piéger par des Écossais maîtres du ballon, qui ont inscrit un essai de rapine juste avant la mi-temps pour virer en tête 7-3.

Mais les Catalans, décidés à jouer pour le tout, ont été bien mieux en deuxième période. Avec donc l'entrée de Mjekevu, ils se sont véritablement lâchés pour livrer un véritable festival offensif. En moins de vingt minutes, ils mettaient le feu dans la défense d'Edimbourg et allaient quatre fois à dame. A la 4e minute, Michel profitait d’un ballon volé par Mjekevu et d’un superbe enchaînement des trois-quarts catalans (10-7). Quatre minutes plus tard, Mjekevu, était à la conclusion d'un parfait mouvement de trois quarts. C'était ensuite au tour du 3e ligne Purlll de marquer en force. Enfin, profitant d'un passe au pied de Hook, Mjekevu laissait tous ses adversaires sur place, enchaînant crochets et accélérations pour aller marquer sous les poteaux. A 31-7, l'USAP avait fait la différence et pouvait voir venir tranquillement. 

Dans un sursaut d'orgueil Du Preez marquait en force pour les Ecossais un essai qui ne changeait rien à l'issue de la rencontre. Perpignan pouvait se satisfaire du résultat et surtout de la manière.    

Déclarations

Marc Delpoux (manageur de Perpignan): "On est leader de la poule au terme du premier bloc, c'est bien. Cela prouve, comme on le répète depuis le début de saison, que l'on mise sur  cette Coupe d'Europe. Cette poule est ouverte, il n'y a rien de fait. A la mi-temps, on n'était pas content du tout parce qu'on jouait trop sur la latéralité et qu'on perdait trop de ballons au contact. Edimbourg nous gratté tous les ballons, Edimbourg nous faisait tomber tous les ballons. On donc mis l'action sur ses deux facteurs importants en s'impliquant plus sur les rucks et en les jouant sur les extérieurs. Maintenant, dès la fin du match, j'ai parlé aux joueurs de la réception de Bordeaux samedi en Top 14. C'est un match qu'on craint énormément. Les Bordelais sortent deux de matches de Challenge Européen où ils ont fait tourner. Donc, on va rencontrer une équipe avec beaucoup de fraîcheur. On a mobilisé les joueurs là-dessus".

Harry Leonard (demi d'ouverture d'Edimbourg): "On est très déçu. Nous étions longtemps devant au score, mais nous n'avons pas su faire le break en première période. On s'est ensuite endormi en début de seconde période et Perpignan en a profité pour capitaliser sur nos fautes et s'échapper. On était pourtant assez confiant à la pause et après notre victoire la semaine dernière face au Munster. C'est pour cela que la déception est grande".

Christian Grégoire