Marc Delpoux
L'entraîneur de Perpignan, Marc Delpoux | AFP - RAYMOND ROIG

L'USAP à la dure épreuve de l'Europe

Publié le , modifié le

Ayant cravaché toute la saison passée pour arracher la dernière place qualificative pour la Coupe d'Europe, l'USAP débute aujourd'hui son aventure chez les Anglais de Gloucester. Un match déjà capital, selon Marc Delpoux, le manageur de l'équipe de Perpignan, qui aura aussi pour adversaires le terrible Munster et Edimbourg dans cette poule 6 "compliquée et très homogène".

Une poule 6 homogène

"On est à la fois dans une poule compliquée et très homogène avec le Munster, Gloucester et Edimbourg. Elle est très ouverte. Il y a bien sûr le favori de la poule, le Munster, mais on peut viser la place de meilleur second. De toute façon, l’an dernier, nous avons fait le forcing pour intégrer cette H Cup, et on fera donc tout pour y faire bonne figure. Le premier rendez-vous à Gloucester sera déterminant. Cela va donner le rythme de la Coupe d’Europe. Il est certain qu’une victoire chez les Anglais, ou une défaite très proche, peut nous permettre d’être devant sur l’ensemble des deux rencontres. Ce match sera déterminant pour la suite.

Le Munster en favori

"Le Munster est historiquement et qualitativement supérieur aux trois autres équipes. On a un premier bloc avec Gloucester chez eux et Edimbourg à la maison. Passons le bien et après nous pourrons voir nos ambitions contre le Munster.C’est la moitié de l’équipe d’Irlande, qui a l’habitude de ce rendez-vous et qui n’a que ce rendez-vous. Les Celtes axent tout sur cette Coupe d’Europe au détriment de leur championnat domestique, à la différence des Anglais et des Français. Je redoute leur puissance, l’euphorie qu’ils peuvent avoir dans leur stade, et c’est une formation qui a l’expérience pour gagner sur n’importe quel stade d’Europe. Et même à Perpignan. J’ai hâte de cette double confrontation, mais passons le premier bloc, et s’il est positif, nous irons en Irlande jouer notre chance à fond."

La gestion de la fatigue

"Le championnat français est tellement compliqué cette année que la Coupe d’Europe sera dans la continuité. Il n’y a pas de semaine facile en Top14. Ce qui sera dur, comme toujours, c’est de gérer nos internationaux pour leur donner des semaines de vacances. Et comme en championnat, on n’a pas trop le loisir de mettre nos garçons au repos, je ne sais pas comment on va faire. Cette année, il faut foncer et on trouvera des solutions lorsque les problèmes arriveront. On a tous des effectifs assez pléthoriques. Hormis blessure, la gestion sera une évidence par rapport à l’enchaînement des matches."