Kieran Marmion (Connacht) retient Louis Picamoles (Toulouse)
Kieran Marmion (Connacht) retient Louis Picamoles (Toulouse) | REMY GABALDA / AFP

L'USAP et Toulouse en rattrapage

Publié le , modifié le

Vaincus respectivement au Munster (36-8) et à domicile contre le Connacht (16-14), Perpignan et Toulouse jouent une grande partie de leur avenir aujourd'hui, lors de la 4e journée de la Coupe d'Europe. Pour rêver de quarts, les deux formations françaises doivent s'imposer contre le même adversaire. A Mayol, le RCT peut se rapprocher de la qualification en cas de succès sur les Anglais d'Exeter, comme Clermont en déplacement à Llanelli.

PERPIGNAN - MUNSTER EN DIRECT A PARTIR DE 16H40 

L'un est un grand d'Europe (Munster), l'autre toujours un petit (Connacht). Mais les deux ont fait tomber les clubs français le week-end passé. Et c'est donc avec un gros esprit de revanche que Perpignan et Toulouse ont préparé leur deuxième confrontation consécutive contre le Munster et le Connacht.

Avec ses deux titres de champion d'Europe (2006 et 2008) plus ses deux places de finaliste (2000 et 2002), dans son antre avec l'appui d'un public qui fait toujours tourner dans le bon sens les décisions arbitrales, le Munster a logiquement fait tomber les Catalans. Menant (20-0) à la pause, les Irlandais n'ont pas été impressionnants dans le jeu au large, mais leur combativité a suffi pour faire la différence. Mais pas à abattre les chances de l'USAP, qui n'a que quatre points de retard sur les Irlandais, et deux sur Gloucester, qui accueillera dimanche Edimbourg avant de venir à Perpignan lors de la dernière journée. "La route est encore ouverte, ni plus ni moins qu'avant d'aller au Munster. Pour se qualifier, l'USAP a besoin de faire un carton plein: gagner ses deux matches à domicile et celui à l'extérieur. Avant de décider d'en gagner trois, il faut en gagner un", scande Marc Delpoux, le manageur du club catalan. "Elle a mis beaucoup de qualité et d'enthousiasme en 1ère mi-temps, mais elle ne nous a pas débordé en deuxième", remarquait-il au sujet du match aller. "C'est encourageant." Il faudra énormément de courage aux joueurs catalans pour renverser cette formation du Munster, et mettre fin à une série de quatre défaites de rang toutes compétitions confondues. Tout cela sans meurs deux ouvreurs internationaux, Camille Lopez et James Hook, blessés.

Toulouse, la victoire plus que la manière

A Toulouse, la surprise était grande et de très mauvais goût lors de la défaite contre le Connacht. Cette province irlandaise n'a rien à voir avec son illustre compatriote. Habituée au Challenge européen, cette équipe ne dispute que sa troisième Coupe d'Europe. Mais avec vaillance et enthousiasme défensif, elle a fait trébucher le quadruple champion d'Europe, à Ernest-Wallon. Du coup, Toulouse a perdu la tête de la poule 3, au profit des Saracens, et doit remettre la marche avant en se rendant en Irlande. "On a brûlé un joker", avoue Maxime Médard. On  va là-bas pour gagner, même par un 6-3 ou 3-0." Toute la semaine, Guy Novès a remis les pendules à l'heure. "Après avoir vécu une telle défaite amère, c'est bien de montrer très vite  qu'on est capable d'autre chose", avance le manageur, qui a imposé une séance supplémentaire d'entraînement en milieu de semaine.

Face aux Irlandais, l'encadrement toulousain a bâti une équipe prête au  combat, avec une troisième ligne internationale Dusautoir-Picamoles-Nyanga et  une rugueuse deuxième ligne Maestri - Millo-Chluski. Le Samoan Iosefa Tekori,  de retour, se tient aussi en réserve sur le banc pour apporter de sa puissance  en cours de match, tout comme les première ligne internationaux sud-africains  Gurthro Steenkamp et Chiliboy Ralepelle. Et sous la pluie qu'on annonce à Galway, la conduite du jeu a été confiée au duo Doussain-Beauxis. Du jeu au près et du déplacement au pied, voilà ce qui devrait être au programme. "Au Connacht, il faudra savoir être patient pour détruire le mur défensif  ou l'éviter", concède Novès.

Toulon et Clermont pour enfoncer le clou

En allant s'imposer (14-9) à Exeter avec une mêlée retrouvée, le RCT a gardé la main sur la poule 2. La venue des Anglais à Mayol doit être l'occasion de se rassurer un peu plus, notamment devant, et surtout de faire le plein de points. Car Cardiff demeure en embuscade. Face à l'imprécision de Jonny Wilkinson en Angleterre, Bernard Laporte a donc décidé de donner les clés du camion à Matt Giteau, exceptionnel depuis plusieurs semaines. Placé à l'ouverture avec Tillous-Borde à la mêlée, l'Australien aura la charge de mettre Toulon dans le bon sens, sachant que le duo Michalak-Wilkinson sera sur le banc pour prendre la relève et maintenir la pression sur les Anglais. Jamais défait à domicile ni contre un club anglais en Coupe d'Europe, l'équipe varoise a tous les arguments, et une 3e ligne impressionnante (Juan Smith, Steffon Armitage et Chris Masoe) pour mettre au supplice Exeter.

Il en va de même pour Clermont, tombeur des Scarlets (32-11) en Auvergne, et qui va au Pays de Galles avec une charnière Lacrampe-Delany. Vern Cotter a choisi de changer six joueurs par rapport au match aller, dont la moitié de son pack. Leader de la poule 4 avec trois longueurs d'avance sur les Harlequins qui reçoivent le Racing-Métro, l'ASM a conservé une ligne de trois-quarts où seul Jean-Marcellin Buttin est intégré à la place de Lee Byrne.