Paul O'Connell (Munster)
Paul O'Connell (Munster) | AFP - OLLY GREENWOOD

Le rugby irlandais se déchire à propos de "l'affaire O'Connell"

Publié le , modifié le

Le rugby irlandais se déchire à propos du cas de Paul O'Connell, le deuxième ligne du Munster, coupable d'avoir assommé un adversaire d'un coup de pied dans un match de Ligue celtique, mais pourtant autorisé à disputer comme si de rien n'était la demi-finale de la Coupe d'Europe samedi face à Clermont (france 2, 18h).

L'incident s'est produit le 13 avril à Limerick lors du derby entre les  frères ennemis du Munster et du Leinster (16-22). Pendant qu'O'Connell tentait  de frapper du pied un ballon traînant à terre, son tibia a violemment heurté la  tête de Dave Kearney, couché devant le ballon. L'ailier dublinois a été conduit  inconscient à l'hôpital où il a passé une nuit avec un traumatisme crânien. L'arbitre de la rencontre, le Gallois Nigel Owens, n'a pas vu l'action et  n'a donc pris aucune sanction. Mais, de façon plus étonnante, la commission de  discipline a décidé de ne pas citer à comparaître l'international irlandais,  jugeant son geste "non intentionnel".

Cette mansuétude a mis en rage le camp du Leinster, surtout après que  l'entraîneur du Munster Rob Penney eut mis de l'huile sur le feu en affirmant  qu'il s'agissait seulement "d'un incident parmi d'autres". "Quand on regarde  une action au ralenti et dans les détails, elle a toujours l'air pire (qu'elle  ne l'est en réalité)", a-t-il dit. Outré par cette nonchalance, son homologue de Dublin, le Néo-Zélandais Joe  Schmidt, a répondu "oui" lorsqu'on lui a demandé s'il s'agissait du pire geste  qu'il avait jamais vu. "En douze ans comme entraîneur professionnel, c'est le  cas", a assuré l'ancien adjoint de Vern Cotter à Clermont.

Soupçon de favoritisme

"Si ceci ne mérite pas une citation, on crée les conditions pour que des  choses dangereuses deviennent acceptables. On prend 14 semaines pour un  crachat, alors que ça, ce n'est pas dangereux", a-t-il estimé, dans une  allusion à la suspension du demi de mêlée du Stade Français Jérôme Fillol. O'Connell lui-même a expliqué qu'il n'était pas inquiet à la fin du match.  "Je savais ce qui s'était passé, mais j'ai commencé à m'inquiéter quand j'ai  revu les images", a-t-il avoué. Dans la presse, les commentateurs s'accordent à penser que le joueur  n'avait pas l'intention de faire mal, mais estiment également qu'il a manqué de  l'élémentaire prudence requise par le règlement. 

"Si on renverse quelqu'un en voiture sans le faire exprès, n'a-t-on pas de  compte à rendre? Imaginons que la chaussure ait été celle d'un Français ou d'un  Argentin. Le week-end prochain, O'Connell sera aligné face à Clermont dans le  match le plus important de l'année. C'est profondément injuste", écrit ainsi le  Irish Independent, qui soupçonne un acte de favoritisme en faveur d'un des  meilleurs joueurs irlandais.

Car O'Connell n'est pas n'importe qui. Absent du Tournoi des six nations à  cause d'une blessure au dos, l'homme aux 85 capes pour le XV du Trèfle, âgé de  33 ans, a fait un retour tonitruant en club. Il a notamment été époustouflant  lors de la victoire du Munster sur le terrain des Harlequins en quarts de  finale de la Coupe d'Europe. Le deuxième ligne est en course pour une sélection chez les Lions  britanniques et irlandais qui partiront en tournée en Australie en juin. Il  était même un moment question qu'il en soit le capitaine, mais le coup de pied  de Limerick aura peut-être changé la donne.  

AFP