Le Racing se rapproche des quarts

Le Racing se rapproche des quarts

Publié le , modifié le

Le Racing-Métro a fait un pas supplémentaire vers une qualification pour les quarts de finale de la Coupe d'Europe, en l'emportant (18-14) face aux Gallois des Ospreys, samedi dans un match délocalisé au Mans, comptant pour la 4e journée. La route vers le premier quart de finale de l'histoire des Franciliens (14 pts) reste donc plus que jamais accessible. Mais elle pourrait passer par un billet de meilleur deuxième ou par un exploit lors de la dernière journée sur le terrain de Northampton, désormais seul leader après avoir laminé Trévise (67-0).

Le Racing avait pourtant toutes les cartes en main pour s'éviter pareilles complications. Déjà, samedi dernier, il avait dilapidé son avance prise en première période en concédant le match nul à cinq minutes de la fin (19-19). On a failli assisté à la réptétition de ce scénario devant les quelque 16.000 spectateurs de la MMArena du  Mans !  Il aurait même pu laissé échapper la victoire en fin de match lorsqu'un essai d'Eli Walker (71) a ramené les Gallois à une longueur. Il n'était alors plus du tout question de décrocher le point de bonus défensif, largement  accessible après les deux essais inscrits en première période, mais simplement de gagner.

Ces deux essais ont été marqués en l'espace de trois minutes pour des Ciel et Blanc disciplinés en défense, solides en conquête, s'appuyant sur le jeu au pied long de Johannes Goosen et qui ont exploité au mieux les erreurs galloises. Juan Imhoff, servi en bout de ligne après plusieurs percussions et une succession de mêlées dominées par le Racing, a d'abord parfaitement concrétisé une belle passe sautée au cordeau d'Antonie Claassen (27). Si ce premier essai est à mettre au crédit de la mêlée francilienne, le second est frappé du sceau de l'opportunisme, marqué par Teddy Thomas, bien servi par Goosen, à la suite d'un ballon récupéré par Luke Charteris à 60  mètres de l'en-but gallois (30).

Menant 15 à 0 à la pause, les Ciel et Blanc ont ensuite complètement déjoué. Ils ont surtout payé les deux exclusions temporaires infligées coup sur coup à Claassen (41) et Maxime Machenaud (51). La sanction est immédiatement tombée, avec le premier essai des Ospreys  inscrit par Rhys Webb au ras (52). Le deuxième, de Walker, a donc ensuite fait trembler le Racing, qui a cependant bien négocié les dernières minutes, occupant le camp gallois avant de passer une dernière pénalité par Goosen à la sirène. Suffisant pour assurer l'essentiel.

Christian Grégoire