Brice Dulin Racing Glasgow
Brice Dulin, bien pris par la défense de Glasgow | MIGUEL MEDINA / AFP

Le Racing pris de vitesse par Glasgow

Publié le , modifié le

Le Racing 92, déjà en difficulté depuis le début de la Coupe d'Europe, a encore plus compromis ses chances de qualification en s'inclinant à domicile face à Glasgow (14-23). Face à des Ecossais toujours aussi joueurs, les Franciliens ont réagi trop tard.

Les spectateurs de l'antique stade olympique Yves-du-Manoir ont vu un fantôme ciel et blanc sur leur pelouse. Le Racing, brillant vainqueur du championnat de France et finaliste de la Coupe d'Europe en fin de saison dernière, n'est plus que l'ombre de lui-même. Déjà en retard en Top 14 (8e), le voilà quasiment éliminé de la compétition continentale six mois plus tard, et ce au bout de deux matches seulement. Même le bénéfice de son match en retard de la 1re journée, repoussé au 7 janvier en raison du décès de l'entraîneur du Munster, ne semble plus vraiment un atout dans la manche de l'équipe du duo Travers-Labit.

Battu à Leicester (27-17) et par une équipe de Glasgow qui, certes monte en puissance cette saison, mais a tout de même été balayée au Munster (38-17), les Racingmen sont en effet bons derniers de la poule 1 avec zéro point. Même une place de meilleur deuxième semble quasiment hors de portée désormais, d'autant qu'une double confrontation avec le redoutable Munster se profile. Le club des Hauts-de-Seine, qui n'avait plus subi de revers continental à domicile depuis avril 2015, a offert un spectacle d'une rare pauvreté à son public, et ce dès l'entame, quand Dan Carter gâchait une première cartouche en faisant preuve de nonchalance: sa chistera en sortie de rideau ne trouvait personne (2e).

Carter se rachète en vain

Dans cette première partie du match complètement à son avantage, le Racing va pourtant finir par conclure sur un essai en bout de ligne de l'Argentin Juan Imhoff (7e). Mais après, plus rien. Remis à flot par deux pénalités de Finn Russell (11e, 15e), les Warriors, qui constituent l'antichambre de la sélection écossaise, ont rapidement fait valoir leur réputation d'équipe joueuse. Ils ont étés récompensés par un essai d'Alex Dunbar (30e) venu transpercer la défense altoséquanaise. Guidés par un Carter décidément en petite forme, les Franciliens gâchaient les ballons par maladresse ou mauvais choix. On attendait une révolte après la pause mais ce furent au contraire les Ecossais qui enfoncèrent le clou par un essai d'Ali Price, en sortie de ruck (42e). L'essai en solitaire de Carter (70e) redonnait un semblant d'espoir, avec le bonus défensif en vue. Mais Wenceslas Laurent voyait sa course de la dernière chance stoppée au dernier moment (77e). Soirée noire pour les Ciel et blanc.

francetv sport @francetvsport