Maxime Machenaud Racing métro
Maxime Machenaud (Racing métro) | MARTIN BUREAU / AFP

Le Racing-Métro débute victorieusement

Publié le , modifié le

Le Racing-Métro a bien débuté en Coupe d'Europe en s'imposant devant les Anglais de Northampton (20-11) samedi à Colombes. Ce succès est globalement mérité pour les Franciliens qui ont notamment dominé la première période, avant de laisser les Anglais reprendre confiance jusqu'à revenir à deux points. Mais les Racingmen ont trouvé assez de ressources dans les dernières minutes pour assurer leur victoire, enlevant dans le même temps le point de bonus défensif aux Saints. Ils ont donc réalisé une entame quasi parfaite pour préserver leur objectif d'atteindre les quarts de finale de l'épreuve à leur cinquième participation.

Les Parisiens l'ont emporté au courage alors qu'on les voyait plutôt concéder le match nul après l'essai de Phil Dowson (76), ramenant les Anglais à 13-11, alors que le Racing jouait à 14. Mais Stephen Myler a manqué la transformation excentrée...  à l'inverse de Johan Goosen, qui a, lui, transformé dans les minutes qui ont suivi un essai de Marc Andreu contrant un coup de pied  anglais (80).

Dans ce choc de la poule 5 qui a plus brillé par le suspense que par le  niveau de jeu, les Ciel et Blanc se sont donc appuyés sur leur défense et leur conquête, avec notamment plusieurs ballons cruciaux gagnés dans leur camp, pour battre la meilleure équipe anglaise du moment, leader de la Premiership après avoir réalisé le doublé championnat-Challenge européen au printemps. Ils avaient démarré très fort grâce à un essai de leur homme  en forme, Alexandre Dumoulin, en force après une touche à cinq mètres volée par  leur alignement (5e Mais la suite a été beaucoup moins enlevée, marquée par de nombreuses  fautes de main et pénalités sifflées par l'arbitre irlandais George Clancy.

Devant à la pause (10-3) après que Jonathan Sexton (37e), de retour de  blessure, eut répondu au pied de Stephen Myler (30), ils ont passé l'essentiel  de la seconde période à défendre. Il leur a fallu quelques circonstances favorables, de la réussite, pour s'en sortir, mais surtout beaucoup de courage pour résister, pendant près de 20 minutes à 14, aux  assauts des Saints.

Christian Grégoire