Le Racing étrille Trévise et met un pied et demi en quarts

Le Racing étrille Trévise et met un pied et demi en quarts

Publié le , modifié le

Le Racing-Métro est tout proche du premier quart de finale de la Coupe d'Europe de son histoire grâce à son écrasant succès contre Trévise (53-7), assorti du bonus offensif, dimanche à domicile pour la 5e journée. Les Franciliens, qui ont inscrit 9 essais et avaient assuré le point de bonus offensif dès la 42e minute, ne sont en effet pas encore mathématiquement qualifiés. Leurs 19 points avant la dernière journée ne leur permettent en effet pas d'être assurés de décrocher l'un des trois billets de meilleur deuxième, même s'il faudrait une conjonction de résultats dans les autres poules pour que l'un de ceux-ci leur échappe.

Pour sortir des poules pour la première fois de leur histoire, ils devront  ramener un point de leur déplacement le week-end prochain à Northampton,  vainqueur chez les Ospreys (20-7) et avec qui ils partagent la tête. Ils  termineraient même premiers s'ils revenaient d'Angleterre avec au moins un  match nul.

Dimanche, ils se sont en tout cas placés dans les meilleures dispositions  avant d'aborder ce duel. Beaucoup plus puissants devant et véloces derrière,  ils n'ont laissé aucune chance aux Italiens, qui n'avaient plus aucune chance  d'obtenir leur première victoire dans la compétition cette saison dès la  mi-temps (0-19).

Imhoff intenable

Le Racing avait ainsi inscrit trois essais en première période. Le premier  par Henry Chavancy, superbement servi par Juan Imhoff (10), l'homme du match  avec Dimitri Szarzewski, auteur d'un triplé, à chaque fois à la conclusion de  groupés pénétrants (37, 42, 55). Le talonneur avait sans doute à coeur de montrer à l'encadrement du XV de  France qu'il s'était trompé en ne le convoquant pas jeudi dans le groupe appelé  à préparer le Tournoi des six nations. 

Imhoff s'est offert un doublé en fin de match sur des exploits personnels  (61 et 71), comme Benjamin Lapeyre (30 et 79). L'arrière a parfaitement suppléé  Brice Dulin, absent (au repos) comme plusieurs joueurs cadres depuis le début  de saison (Teddy Thomas, Jonathan Sexton, Alexandre Dumoulin). Le Racing n'en avait pas besoin, vu la faiblesse de l'opposition, qui a  sauvé l'honneur lorsque Michele Campagnaro a intercepté une passe de Casey  Laulala (58). Dans une semaine en Angleterre, ce sera une autre histoire.

AFP