Mike Phillips, Racing-Metro
Le demi de mêlée du Racing-Metro Mike Phillips | JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Le Racing et Montpellier pour l’honneur

Publié le , modifié le

D’ores et déjà éliminés, le Racing-Metro et Montpellier n’ont plus que leur honneur à défendre lors de la 5e journée de H-Cup. Les deux clubs français devraient d’ailleurs faire tourner leurs effectifs afin de reposer certains cadres. Opposé à l’Ulster, leader de sa poule, le MHR n’aura pas la partie facile. Le match des Franciliens face aux Scarlets vaudra surtout pour les retrouvailles entre Mike Phillips et son club formateur.

Tous deux défaits ce week-end chez des formations en lutte pour le maintien dans l’élite (Brive et Oyonnax), Montpellier et le Racing-Metro ne sont pas à la hauteur des attentes suscitées en début de saison. Ejectés des places qualificatives pour les phases finales du Top 14 à 10 journées de la fin, le MHR et le RM92 ont également déposé les armes en H-Cup. Aussi, leur deux dernières sorties dans la compétition devraient permettre aux entraîneurs de faire tourner. « On va essayer de donner du temps de jeu à ceux qui n'en ont pas eu beaucoup, qui sont méritants, reconnaît Fabien Galthié sur Rugbyrama.fr. Nous devions dans le même temps accorder des semaines de repos obligatoires à certains joueurs comme Jim Hamilton, Mamuka Gorgodze. Il y a en plus quelques blessures et des joueurs qui n’étaient pas sur les listes en H Cup... »

Montpellier sans ambition

En visite chez les Irlandais de l’Ulster, les Héraultais n’espèrent pas grand chose. Difficile de faire autrement lorsqu’on ne compte que 2 victoires sur les 10 derniers matches à la veille d’un déplacement chez le leader invaincu de sa poule… Trop loin d’une deuxième place éventuellement qualificative pour le Challenge Européen, le MHR traverse la Manche sans pression, au grand dam de Galthié. « L'équipe manque de cohésion, avec cinq joueurs qui arrivent et qui ne parlent pas français, plus ceux qui étaient arrivés au début de saison, plus des joueurs comme Fulgence Ouedraogo ou Juan Figallo blessés (…) On a encore trop de joueurs qui réfléchissent quand ils jouent, qui ne sont pas au niveau du réflexe et ne trouvent pas leur place. »

Autre armada annoncée aux résultats en demi-teinte, le Racing-Metro est dans une situation quasi-similaire. Hôtes des Scarlets, avec qui ils partagent la dernière place de leur poule, les Racingmen doivent l’emporter pour s’éviter le bonnet d’âne de la poule 5. Une maigre consolation pour un club ayant investi beaucoup à l’été sur la triplette galloise Sexton, Lydiate, Roberts, les ailiers français Andreu et Planté ainsi que le 3e ligne tricolore Wenceslas Lauret. Déjà vaincus une fois dans leur antre de Colombes au niveau continental, les Ciel et Blanc ne veulent pas rééditer pareille performance. Pour ce faire, ils pourront compter sur la motivation de Mike Phillips. Engagé en décembre, le demi de mêlée du XV du Poireau retrouvera son club formateur. « Disputer mon premier match à domicile pour le Racing face à mon premier club professionnel, c’est un joli clin d’œil du destin, explique le vainqueur des Tournois des Six Nations 2008, 2012 et 2013. Quand j’étais gamin, j’ai toujours été supporter des Scarlets et même si le club s’appelait Llanelli à l’époque, c’est là où j’ai commencé dans le rugby pro. J’ai joué deux ans pour les -21 ans puis deux ans pour l’équipe première avant de partir à Cardiff. »

Phillips retrouve ses premières amours

Expérimenté, l’ancien Bayonnais de 31 ans compte utiliser ce match contre ses compatriotes gallois pour monter en puissance. « Que nos adversaires le sachent : tous ceux qui viennent jouer chez nous doivent être prêts pour le combat et qu’il leur faudra se battre pour arracher le moindre point, s’enflamme Phillips sur le site officiel du club francilien. Nous entrons dans une phase critique avec ce match, suivi de Clermont puis la réception de Toulouse. À nous de rester dans la dynamique positive et de progresser à chaque match. » L’an passé à la même époque, le Racing-Metro et Montpellier jouaient des matches couperets pour la qualification en quarts de finale. Cette saison, leurs deux dernières rencontres de H-Cup ne serviront qu’à préparer la suite du Top 14. Et restaurer un peu de leur fierté touchée.

Jerome Carrere