Brice Dulin
Brice Dulin, auteur de deux essais contre Northampton | MAXPPP

Le Racing et le Stade Français assurent

Publié le , modifié le

Les deux clubs franciliens ont réussi leurs sorties en Coupe d'Europe samedi lors de la 3e journée. Dans la poule 3, le Racing a signé un beau succès devant Northampton (33-3), qui devrait être son principal rival pour la première place. Dans la poule 4, le Stade Français a remporté sa première victoire à Trévise (50-17). Dans les autres rencontres de la journée, Clermont et Bordeaux-Bègles ont été tenus en échec respectivement à Exeter et sur la pelouse des Ospreys tandis que Leicester est allé s'imposer face au Munster (19-31).

Débuts réussis pour Carter

Pour sa première avec sa nouvelle équipe du Racing Métro 92, le champion du monde néo-zélandais Dan Carter n'a pas déçu en s'imposant nettement avec les siens contre Northampton, un succès auquel il a largement contribué. L'ouvreur star a même été élu joueur du match pour avoir, en plus de sa réussite au pied, parfaitement mener le jeu de son équipe qui a inscrit cinq essais. 

Une belle action initiée par Rokocko et conclue par Chavancy lançait le festival offensif des Ciel et Blanc. En vingt minutes, ils franchissaient deux autres fois la ligne galloise, d'abord par Ben Arous puis par Dulin. Ce même Dulin assurait le bonus et scellait le sort de la rencontre dès la reprise, au terme d'une phase d'attaque de toute beauté, parfaitement exécutée. En face les joueurs de Northampton n'opposaient pas grand chose dans le contenu, si ce n'était une résistance farouche mais insuffisante; et ils gâchaient aussi leurs quelques occasions. Imhoff à la conclusion d'une percée de Goosen, concluait les débats avec un cinquième essai, concrétisant la maîtrise des Racingmen. 

Avec deux victoires en deux matches dans ce groupe 3, les Franciliens en prennent la tête  La présence Dan Carter au Racing commence donc de la meilleure des façons et laisse présager du meilleur.

Le Stade Français se rassure

Le Stade Français s'est rassuré au coeur d'une saison difficile en allant s'imposer avec le bonus offensif. Les Parisiens regretteront simplement cette fin de match où ils ont arrêté de jouer, permettant aux Italiens, alors menés 50-0, de marquer trois essais et de ramener le score à des proportions un peu moins humiliantes.

Auparavant, les joueurs de Gonzalo Quesada avaient tranquillement déroulé un match sérieux, notamment lors d'une première période archi dominée et à l'issue de laquelle ils avaient déjà empoché le bonus, récompense de cinq essais. Concentrés et appliqués, les Parisiens ont pris à la gorge des Trévisans  beaucoup moins forts et ont marqué rapidement par Waisea, Arias et Williams.  Deux autres essais de Nicolas et Bosman ont suivi avant la pause. En deuxième période, même Sergio Parisse, qui connaît bien le Stade Monigo  pour y avoir joué trois ans avant de rejoindre le Stade Français, y a été de son essai. Et comme Plisson réussissait un quasi sans-faute au pied (une transformation ratée, six réussies et une pénalité), l'écart se creusait encore jusqu'à la 59e minute et l'essai de Christie pour les premiers points italiens. Les 20 dernières minutes parisiennes ont donc été un peu bâclées mais une  semaine après un revers à domicile en Top 14 contre Bègles-Bordeaux, cette victoire ne fait pas de mal, même face à un adversaire très faible.

Déceptions pour Bordeaux et Clermont

Bordeaux a fait mieux que résister chez les Ospreys, qui se sont imposer difficilement 19-16; L'UBB a portant globalement dominé mais n'a pas eu de réussite. Les Girondins ont de même obtenu le bonus défensif. Clermont a connu la même mésaventure sur la pelouse des Anglais d'Exeter (31-14). Les Auvergnats pensaient pourtant avoir fait l'essentiel en menant à la la mi-temps (14-8) après avoir marqué deux essais contre le cours du jeu. La deuxième période fut entièrement à l'acxtif des Anglais qui ont repris le match en main et n'ont plus relâché leur effort avant d'avoir inscrit l'essai du bonus défensif à la dernière minute. 

Christian Grégoire