Cronje - Racing Metro
- | AFP - FRED DUFOUR

Le Racing et Biarritz pour inverser la tendance

Publié le , modifié le

Les quarts de finale pourraient bien se refermer aussi bien pour Biarritz que pour le Racing Métro 92, ce soir, lors de la 4e journée de H-Cup. La situation de Biarritz est la plus embarrassante, mais un succès sur les Irlandais de Connacht pourrait entretenir l'espoir de se retrouver en quart de finale. Egalement troisième de sa poule (3), le Racing Métro 92 qui joue à Edimbourg est toutefois mieux placé que le BO pour s'en sortir.

Il semble difficile de voir Biarritz se hisser en quart de finale. Après le cinglant revers à Londres contre les Harlequins (13-40), les Basques avaient bien relevé la tête, lors de la deuxième journée, mais ce n'était "que" face aux modestes Italiens de Zèbre (38-17). La défaite de vendredi dernier face à Connacht (14-22) a fortement réduit les chances de qualification du BO. Les deux entraîneurs en ont d'ailleurs fait les frais. Jack Isaac et Serge Milhas ont ainsi été gentiment écartés temporairement mardi au profit du directeur sportif Laurent Rodriguez et de Mathieu Rourre, directeur du centre de formation. Une réaction des joueurs est donc attendue car Biarritz se retrouve troisième de la poule 3 à neuf points des Harlequins et trois du Connacht.

Quesada reste prudent

Dans sa poule 1, le Racing-Métro n'est pas non plus au mieux, mais sa victoire 19-9 à Colombes sur Edimbourg a permis à l'équipe francilienne de combler l'écart. Désormais, le Racing ne compte plus que deux points de retard sur les Saracens et le Munster, dont le duel avait tourné à l'avantage des Irlandais 15-9. Les hommes de Gonzalo Quesada ont de surcroît la faveur des pronostics pour ces retrouvailles avec le club écossais. Ce dernier ne compte pas la moindre victoire depuis sa campagne européenne, a encaissé 97 points et court toujours après son premier essai. Mais la prudence reste de mise pour le coach du Racing. "J'avoue que j'ai du mal à comprendre leur dernière place et leurs résultats. Quand je vois le procès qu'ils sont en train de se prendre par la presse, je me dis qu'ils doivent être quand même bien remontés", a estimé Quesada qui rappellera à ses joueurs qu'Edimbourg avait atteint les demi-finales l'an passé et accessoirement battu les Franciliens 48-47 lors d'une rencontre de grande qualité.

Romain Bonte