Matadigo (Racing-Métro)
Matadigo (Racing-Métro) | GEOFF CADDICK / AFP

Le Racing arrache le nul aux Scarlets

Publié le , modifié le

Le Racing-Métro est allé chercher un bon match nul (26-26) sur la pelouse des Scarlets lors de la 2e journée de la Coupe d'Europe. Les Ciel et Blanc peuvent tout de même avoir des regrets car ils auraient pu remporter ce choc de la poule 4 contre l'autre leader si Jonathan Sexton n'avait pas manqué une pénalité dans ses cordes à 8 minutes de la fin. Mais la qualification reste possible pour les Franciliens qui vont affronter deux fois les Harlequins en décembre.

Le Racing a manqué de capitaliser sur son succès face à Clermont en  ouverture (13-9), en décrochant un match nul mi-figue mi-raisin à Llanelli  (26-26). Les Ciel et Blanc pourront nourrir quelques regrets après avoir subi  un gros passage à vide qui les a vu encaisser un cinglant 23-0 entre la 18e et  la 43e minute. Avec six points dans la poule 4, comme les Scarlets, les Racingmen  attendent désormais le résultat de Clermont (1 pt) dimanche (16h00) qui devra  faire respecter sa série d'invincibilité à Marcel-Michelin (64 victoires) face  aux Anglais des Harlequins (1 pt).

En tête au bout de 12 minutes (10-0), puis menés (23-10) après avoir reçu  deux cartons jaunes avant de revenir au score (23-23) à l'heure de jeu, les  Franciliens ont vu l'essai de la victoire de Wencelas Lauret à la dernière  minute refusé par l'arbitre Neil Paterson après analyse vidéo. Ce bon résultat à l'extérieur leur permet d'espérer plus que jamais passer  le cap de la phase de poules pour la première fois de leur jeune histoire en  Coupe d'Europe. 

Après leur solide victoire (13-9) face à Clermont dimanche dernier, ils ont  montré qu'ils pouvaient s'appuyer sur leur puissance physique et sur leur  ouvreur Jonathan Sexton qui s'installe un peu plus chaque jour dans le costume  de patron. L'international irlandais (36 sélections avec le XV du Trèfle) a livré un  match de haut niveau en inscrivant 16 points (6 coups de pied réussis sur 8  tentatives), distillant passes au pied, diagonales de dégagement de 60 mètres  et gestes défensifs décisifs. Il a été un des moteurs de la réaction de son  équipe en seconde période. Car à la différence de la semaine dernière où ils s'étaient montrés  solides, disciplinés et constants, les Racingmen ont cette fois connu un trou  d'air dans la seconde moitié de la première période, emportés par l'euphorie  d'une jeune et joueuse équipe galloise. 

Pack en confiance

Ils ont encaissé un impitoyable 23-0 et vu Dimitri Szarzewski (faute  technique, 34) puis Fabrice Estebanez (brutalité, 38) exclus coup sur coup.  Mais, malgré l'absence de leur habituel demi de mêlée Maxime Machenaud, blessé,  ils ont su réagir et revenir pour se livrer à un intense mano a mano dans les  20 dernières minutes. Ils ont affiché leur confiance dans leur pack, avec un attelage  sud-africain en deuxième ligne Kruger - van der Merwe à l'abattage  impressionnant et un Wenceslas Lauret omniprésent. Ils ont inscrit leurs deux  essais par Lauret (7) et Matadigo (53) derrière des mêlées dominatrices et ont  également infligé un humiliant ballon porté de 60 mètres à leurs adversaires. 

Après avoir affirmé sa solidité défensive la semaine dernière, le Racing a  assis samedi sa domination dans les phases de conquête statique et dynamique et  dans le jeu au pied. Le "fonds de commerce" pointé par l'entraîneur des avants  Laurent Travers après le match contre Clermont s'étoffe semaine après semaine. Ils le mettront à l'épreuve samedi prochain au Stade de France face à leurs  voisins du Stade Français, qui ont ménagé leurs troupes depuis deux semaines en  vue de l'échéance.

AFP