Racing
Les joueurs du Racing | MAXPPP- JB.Quentin

Le Racing 92 prêt à enfoncer le clou

Publié le , modifié le

Meilleur représentant français cette saison en Coupe d'Europe, le Racing 92 peut mettre déjà un pied en quart de finale à condition de tenir la cadence samedi (14h00) à Colombes face à Glasgow, qui abattra sa dernière carte. Tous les voyants sont au vert dans les Hauts-de-Seine en ce début d'année 2016, entre une première place en Top 14 et une position favorable sur la scène continentale. Alors, à l'heure des voeux, l'entraîneur Laurent Travers évoque l'ambition intacte de "gagner un titre" dans les six prochains mois.

Les Racingmen flairent déjà le parfum de la phase finale en Coupe d'Europe,  encore blessés d'avoir buté en quarts la saison passée, d'un cheveu face aux  Saracens. La venue de Glasgow samedi en match en retard de la 1re journée, puis celle  des Scarlets le dimanche suivant doivent leur permettre de franchir le cap. La session de rattrapage face aux Warriors, décalée à ce week-end après les  attentats à Paris et Saint-Denis du 13 novembre, offrirait "un grand pas vers  la qualification". "Sachant qu'on la jouera réellement le week-end d'après, si  on gagne", résume Travers, calculette en tête.   "Si on prend 8 points sur les deux matches qui arrivent, on sera à 20  points (...) et on ne dépendra de personne", poursuit-il.

Glasgow et ses manieurs de ballon​

Avec la vedette Dan Carter à l'ouverture, associé à Maxime Machenaud, et  des internationaux (quasiment) à tous les postes, le Racing a sorti  l'artillerie lourde contre le tenant du titre en Ligue celtique. "De la confiance il faut qu'on en ait, de la suffisance non. Mais il faut  qu'on prenne conscience que quand on veut on est capable", exhorte encore  Travers, s'attendant à ce que ses hommes expriment encore les progrès offensifs  aperçus dernièrement, notamment en Coupe d'Europe. 

De leur côté, les Warriors, entraînés par l'ancien ouvreur du XV du Chardon  Gregor Townsend, joueront à Colombes "leur dernière chance", dixit Travers. "Glasgow, c'est quasiment l'équipe d'Ecosse", appuie Travers. "On sait bien  qu'ils ont fait tourner sur les deux derniers matches et qu'ils vont mettre là  leur équipe type. Ils misent tout sur la Coupe d'Europe et on s'attend à un  match très difficile."

Avec quelques très bons manieurs de ballon dans ses rangs à l'image de son  deuxième ligne fidjien Leone Nakarawa et de sa ligne de trois-quarts remuante  (Hogg, Naiyaravoro, Bennett, Russell, S. Lamont), Glasgow est une formation  réputée joueuse et dangereuse en contre. Au Racing, une des meilleures machines à plaquer de la compétition, de  faire respecter sa qualité d'hôte en prenant aussi en main la destinée du match.

AFP