La charge de l'USAP
Les avants perpignanais | AFP - RAYMOND ROIG

Le défi de l'USAP au Munster

Publié le , modifié le

Perpignan joue une grande partie de son avenir européen entre aujourd'hui et la semaine prochaine. Leaders de la poule 6, les Catalans se rendent au Munster, champion d'Europe en 2006 et 2008. Les Munstermen viendront à Aimé-Giral la semaine suivante. Dans la poule 3, Toulouse veut poursuivre son sans-faute et redevenir leader lors de la venue du Connacht (en direct sur France 2 à 16h). Pour Montpellier, en déplacement à Leicester (poule 5), le futur semble bien bouché.

Revenir avec quelque chose du Munster serait pratiquement une victoire. Et l'USAP sait que pour envisager les quarts de finales de la H Cup, l'équipe doit sortir une énorme performance. Champions d'Europe en 2006 et 2008, les Irlandais n'ont été battus que cinq fois à domicile en 62 rencontres. Et contre des équipes françaises, ils n'ont perdu que 17 matches et 51 rencontres. Enfin, depuis 1998, ils n'ont pas vu les quarts de finale de la H Cup qu'à une seule reprise, en 2010-2011. C'est dire la mission qui attend les hommes de Marc Delpoux. "Aujourd'hui, les leaders de la poule, c'est nous", scande le manager avant cette rencontre. "Même si le goal-average n'est pas bon, rien ne sera définitif." A Thomond Park, l'USAP va livrer un sacré combat, une dure bataille.

Pour Toulouse, le défi ne sera pas le même. Mais les quadruples champions d'Europe se méfient tout de même de la venue du Connacht. "Ce que je crains, c'est qu'ils ne prennent pas conscience de l'importance  de cette quinzaine", explique l'entraîneur Jean-Baptiste Elissalde, qui a  demandé à ses internationaux d'avoir "le même engagement et la même trouille au  ventre qu'ils ont eus en entrant au Stade de France face aux +tout Noirs+ (All  Blacks) ou aux +tout Verts+ (Springboks)". Tous ne seront pas là. Nyanga, Fickou, Médard, Tekori ont été laissés au  repos après avoir été sollicités samedi dernier pour le déplacement de Top 14 à  Grenoble (défaite 25-18) mais Huget, Fritz, Dusautoir et Maestri seront eux de  retour avec pour mission de mener la révolte après l'affront reçu en Isère, où  les Toulousains se sont inclinés alors qu'ils avaient le match en mains à l'heure de jeu. "Je veux que les joueurs aient une haine énorme par rapport à la connerie  qu'ils ont faite (en concédant 18 pénalités et deux cartons jaunes) et à ce  match qui nous tendait les bras", affirme Elissalde. D'autant que le Connacht  est un adversaire "aux mêmes caractéristiques que Grenoble. En négociant bien cette quinzaine, on pourrait avoir une belle Coupe  d 'Europe  et un match de gala pour finir numéro un face aux Saracens (lors de la  5e journée)", souligne-t-il.

La méfiance sera d'autant plus de mise que les Irlandais ont "poussé dans leurs derniers retranchements" les Saracens, rappelle Yoann Huget. En plus, la franchise de Galway attend une réaction de ses troupes qui ont été corrigées (43-10) par Edimbourg la semaine dernière, avec 21 points encaissés dans les cinq dernières minutes.