Yachvili biarritz 2012
Yachvili à la baguette | AFP

Le BO veut y croire

Publié le , modifié le

Malgré sa situation plutôt inconfortable en Coupe d'Europe, Biarritz veut croire en ses chances de renverser le sort vendredi face aux Harlequins tout en comptant sur des faux pas de ses autres adversaires pour arracher une place en quart de finale. Samedi, Toulon déjà qualifié se rendra à Montpellier qui peut encore espérer accrocher une des meilleures deuxièmes places synonyme de qualification.

Clermont, dans le même cas, se déplacera chez les Gallois du Scarlets, avec l'intention de rester dans la dynamique de ses dernières performances.. Pour Castres, en revanche, il faudrait une victoire bonifiée contre l'Ulster, qui viendra pour s'imposer et gagner le droit de jouer son quart à domicile, et un concours de circonstances très favorable pour pouvoir s'en sortir.

Biarritz face  à son destin

Dans cette phase initiale où seuls les six premiers de poules et les deux meilleurs deuxièmes sont qualifiés, la victoire avec bonus obtenue par Biarritz samedi dernier à Parme face à la franchise italienne de Zebre (32-6) a redonné du tonus à des Basques défaits deux fois sur quatre jusque-là. Assurés de terminer deuxièmes et toujours concernés mathématiquement malgré les 14 points au classement qui les mettent en retrait de leurs adversaires potentiels (Montpellier 18, Leicester 16, Munster et Leinster 15) et à égalité avec Northampton, les Biarrots veulent pourtant y croire.
"On a envie de poursuivre tout ce qu'on a mis en place durant toute la semaine. Après une première semaine de travail, on a vu contre les Zebre que c'était possible de mettre à profit le travail des jours précédents avec des essais de belle facture. En tout cas de proposer un jeu qui commençait à ressembler à quelque chose", déclare le nouveau co-entraîneur Didier Faugeron. Pour lui, il n'y a pas d'autre solution que jouer leur chance à fond. Mais ce ne sera pas une partie de plaisir car le défi est énorme face à l'ogre anglais. Les Harlequins présentent en effet le meilleur bilan de l'épreuve et bien qu'assurés de leur qualification et de disputer leur quart de finale à domicile, ils n'ont pas l'habitude de faire de la figuration.

Pour se rassurer, le BO peut toujours se dire que, lors des dix dernières saisons, il a toujours remporté son dernier match de poule et que, en outre, il n'a connu qu'une seule fois la défaite sur son stade fétiche d'Aguilera. De bon augure avant d'affronter le champion d'Angleterre en titre au collectif bien rôdé et équilibré. Mais Faugeron se veut optimiste:  "Les Harlequins, c'est l'équivalent de Toulon et de Clermont en France. C'est à peu près le même nombre de victoires, et le même nombre de défaites, seulement trois toutes compétitions confondues. Mais, Biarritz "peut inverser le score du match aller. En H Cup c'est du très haut niveau. Il va nous falloir beaucoup de fraîcheur, beaucoup d'investissement et de l'engagement physique, car, ça, c'est la première des conditions face à une équipe britannique. Ensuite si on peut allier à l'engagement physique ce qu'on a mis en place en Italie, je crois qu'on ne sera pas trop loin du compte." Même en, cas de succès bonifié, le miracle ne sera pas encore acquis. Car les Biarrots devront ensuite attendre et seront dépendants jusqu'à dimanche soir des résultats de tous les autres groupes.

Montpellier armé pour recevoir Toulon 

La journée de samedi sera surtout marquée, côté français, par le duel entre Montpellier et Toulon en poule 6. Pour les Varois, l'objectif sera d'obtenir au moins un point de bonus défensif pour pouvoir disputer son quart de finale à Mayol. Les résultats des deux dernières oppositions plaident indiscutablement en faveur de l'armada toulonnaise qui a gagné deux fois (en Coupe d'Europe et en Top 14) avec plus de 30 points inscrits au compteur, mais le contexte sera un peu différent pour les Héraultais qui savent qu'ils n'ont pas d'autre alternative qu'une victoire pour obtenir pour la première fois de leur histoire une place en quart de finale européen.  Ce match sera pour eux en quelque sorte un "huitième de finale" qu'ils n'entendent pas laisser filer. Reste à savoir dans quel état d'esprit les Toulonnais, toujours en lice pour aller loin sur les deux tableaux, dans le championnat domestique comme dans leur campagne européenne, se rendront dans l'Hérault. De leur côté, les hommes de Galthié seront sans doute très remontés même si c'est toujours très difficile de tout jouer sur un match. Certes, dans l'effectif du MHR, bien peu nombreux sont les joueurs qui ont une grosse l'expérience de l'Europe. Mais les résultats obtenus jusqu'alors, hormis la défaite contre Toulon, avec un sans- faute contre les Cardiff Blues et Sale, et leur capacités à faire preuve de maîtrise dans des fins de match difficiles peut faire des Montpelliérains des outsiders crédibles. Ils sont en tout cas, pour l'instant, les meilleurs deuxièmes de la compétition.        

Christian Grégoire