Kieran Marmion (Connacht) retient Louis Picamoles (Toulouse)
Kieran Marmion (Connacht) retient Louis Picamoles (Toulouse) | REMY GABALDA / AFP

La H Cup rapetisse le Top 14

Publié le , modifié le

Le week-end européen des clubs français est venu contredire les certitudes tricolores sur le niveau soi-disant extraordinaire du championnat hexagonal. Les résultats enregistrés par Montpellier, Perpignan, Toulouse et le Racing-Métro, venant après la médiocre saison du XV de France, démontrent que le rugby de France traverse une mauvaise passe.

Le Racing et Montpellier quasi éliminés, Perpignan et Castres mal partis, Toulouse plus assuré de rien, la 3e journée de la H Cup n’a pas été tendre avec les représentants français. Hormis Toulon et Clermont, les deux finalistes de l’édition précédente, qui virent en tête à mi-parcours dans leur poule respective, aucune équipe ne semble en mesure de postuler à un sacre continental au printemps prochain.

Toulouse piégé, le Racing ridicule

Les Provinces irlandaises et les clubs anglais ont rappelé à leurs rivaux du Top 14 qu’ils étaient –au moins- aussi forts que la plupart d’entre eux : le Munster a écrasé l’Usap (36-8), le modeste Connacht a surpris le grand Stade Toulousain (14-16), Leicester a pris le bonus offensif contre un Montpellier accrocheur (41-32), et le Racing-Métro a totalement sombré face aux Harlequins à Nantes (8-32).

Le pire, c’est que ces succès étrangers sont logiques. Personne ne peut s’estimer lésé de l’arbitrage ou d’un manque de réussite, ce qui est parfois le cas dans les joutes européennes (les Franciliens auraient pu gagner à Llanelli la journée d’avant et Castres pouvait vraiment regretter d’être rentré bredouille du Leinster alors qu’il méritait mieux).

Toulon moins bon que l’an dernier

En outre, le Castres Olympique a ramé pour venir à bout de solides Ospreys (15-9). Avec seulement 8 points en trois matches (dont deux à domicile), le CO aura du mal à aller chercher l’une des deux meilleures places de 2e qui donnent le droit d’accéder aux quarts de finale.

Reste donc le Ercété et l’ASMCA pour espérer porter haut les couleurs de la France face à la domination verte et blanche. Dans la poule 2, Toulon ne rassure pas. Les Rouge et Noir soufflent le chaud et le froid depuis quatre mois, et seule la faiblesse de l’opposition (Cardiff, Exeter et Glasgow ne sont pas des foudres de guerre) incite à penser à une heureuse issue. Avec un soupçon de réussite, le RCT peut même envisager l’une des quatre meilleures 1ères places (afin de recevoir en quarts de finale).

Clermont, la meilleure chance

Clermont, enfin, reste l’équipe la plus rassurante de par ses prestations plutôt abouties. Le bonus offensif arraché après la sirène, samedi face aux Scarlets (32-11), donne une bonne indication du degré de motivation affiché par les Auvergnats, malheureux en Coupe d’Europe depuis quatre ans, mais qui rêvent de conclure enfin cette saison. 

Les Cudmore, Bonnaire, Pierre, Rougerie et autre Brock James, plutôt sur la fin de leur carrière, savent que les occasions manquées ne se rattrapent jamais. Seul hic pour les Jaunards : la poule 4 est assez relevée, et ils vont devoir remporter leurs trois derniers matches pour recevoir en quarts. Sinon, il faudra probablement envisager un déplacement périlleux en Irlande ou en Angleterre. Ce n’est pas gagné pour les clubs français.