Jamie Roberts
Le centre du Racing-Métro, Jamie Roberts | AFP - LIONEL BONAVENTURE

Jamie Roberts: "Etre performant sur les grands rendez-vous"

Publié le , modifié le

Le trois-quarts centre gallois du Racing-Métro, Jamie Roberts, a conscience de l'importance du match de dimanche contre les Saracens: "Je veux être performant sur les grands rendez-vous. J'espère jouer dimanche, j'aime ce genre de match, c'est là où je suis le meilleur. J'aimerais aider l'équipe à gagner le Top 14 ou la Coupe d'Europe, c'est aussi simple que ça."

Sentez-vous l'excitation monter autour de ce match ?
Jamie Roberts:
"Oui, tout à fait. De mon point de vue, la Coupe d'Europe est le plus  haut niveau que tu peux atteindre quand tu joues en club. Quand je jouais à  Cardiff, on sentait que c'était une semaine de Coupe d'Europe, tout le monde  devenait super enthousiaste. En tant que joueur, la Coupe d'Europe était ce à  quoi on voulait vraiment se frotter. Quand tu affrontes les meilleures équipes  d'Europe tu veux laisser ton empreinte. Alors tout le monde est plus tendu, on  le ressent aussi à l'entraînement. C'est le plus gros match pour le Racing  depuis un bout de temps. Les gars ont vraiment hâte d'y être."
   
Entre Tournoi, Top 14 et Coupe d'Europe, est-ce dur d'avoir la  motivation chaque semaine ?
J.R:
"Il faut garder son énergie émotionnelle pour le week-end. On prend cela  en compte ici. Les entraînements sont durs et intenses mais il s'agit aussi de  se recharger en motivation pour le match à venir. Le Tournoi des six nations  est un peu une essoreuse à ce niveau-là. Ca prend une grande part de nous sur  le plan physique et mental. J'étais content de ne pas jouer à Bayonne le  week-end dernier. Pour, je l'espère, repartir de l'avant ce week-end."

"J'aimerais aider l'équipe à gagner le Top 14 ou la Coupe d'Europe"

Quels sont vos objectifs sur la fin de saison ?
J.R:
"Je veux être performant sur les grands rendez-vous. J'espère jouer  dimanche, j'aime ce genre de match, c'est là où je suis le meilleur. J'aimerais  aider l'équipe à gagner le Top 14 ou la Coupe d'Europe, c'est aussi simple que  ça."
   
Comment vivez-vous la concurrence accrue au Racing ?
J.R:
"J'en ai aussi en équipe nationale et ça me permet de rester vigilant.  Cette concurrence fait de moi un meilleur joueur. Ca te pousse à t'améliorer,  si tu rates un match tu perds ta place. Ca induit de la pression mais c'est  comme ça que tu tires le meilleur des joueurs. Et puis cela permet aussi de  prendre soin de son corps car on n'a pas besoin de jouer tous les matches. Ca  profite à l'équipe et c'est bénéfique pour la longévité de la carrière."

"Je profite de Paris"

Vous avez réussi votre examen de médecine en 2013. Depuis, comment va le  docteur Roberts ?
J.R:
"Ca va. J'ai investi beaucoup de mon temps et ça me manque de ne pas  pratiquer. J'ai hâte de m'y remettre quand ma carrière sera terminée. Mais qui  sait quand ça sera... En tout cas c'est chouette de n'être qu'un joueur de  rugby pendant quelques années. Je profite de Paris, je découvre la culture et  le style de vie français. Mais je pense que j'arrive à un point où il faut que  je me remette à étudier, à stimuler mon esprit."
   
Vous pensez reprendre des cours ?
J.R:
"Ca pourrait être intéressant. Mais je ne suis pas encore sûr de ce que  je ferai la saison prochaine. Il y a eu beaucoup de spéculations autour de  cela. Ce n'était pas idéal de disputer le Tournoi puis de jouer maintenant sans  connaître la suite. Il faut se mettre ça dans un coin de la tête et se  concentrer sur le travail à faire."

Pensez-vous qu'il y ait un futur pour les joueurs gallois dans le Top 14  ?
J.R:
"Oui je pense. Les joueurs partent pour différentes raisons. Certains  veulent tout simplement voir autre chose dans la vie. C'est ce qui m'a poussé à quitter Cardiff où j'ai grandi. Je voulais essayer quelque chose de nouveau, je  suis un peu un accro à la découverte. J'aime changer d'environnement,  rencontrer des gens différents, les voyages. Je coche des cases dans ma  carrière et dans ma vie au fur et à mesure. Ca aussi ça jouera dans la décision  que je prendrai pour mon avenir. Je vais avoir des choix difficiles à faire."

AFP