Matt Giteau Toulon
Matt Giteau (Toulon) | GEOFF CADDICK / AFP

Giteau: "Clermont, la meilleure équipe cette année"

Publié le , modifié le

Le RC Toulon a beau être double champion d’Europe en titre, Matt Giteau estime que les Clermontois seront favoris de la finale 100% française de Champions Cup, qui se jouera samedi prochain, dans l'enceinte londonienne de Twickenham (à suivre en direct sur France 2 à 18 heures). "Mais dans un match comme celui-là, ce n'est pas grave de ne pas être favori, tempère l’ouvreur et centre australien du club varois. L'important est de gagner."

Préférez-vous jouer ce match comme demi d'ouverture ou au centre ?
Matt Giteau :
Ça, ce n'est pas moi qui décide, il faudra demander au coach. On a une belle équipe. Quel que soit le poste, si je commence, je suis content. Si je suis sur le banc, je suis content. Et si je ne joue pas, je suis content. Le plus important, c'est la victoire.
   
Est-ce que la finale de Coupe d'Europe gagnée en 2013 contre Clermont a été utilisée pour mobiliser l'équipe ?
M. G. :
On ne s'en est pas servi, les deux équipes sont complètement  différentes aujourd'hui. Sans vouloir être irrespectueux par rapport aux équipes de cette époque, c'est une compétition différente, avec des joueurs différents, d'un autre calibre et qui n'ont pas connu ce match. Je pense qu'on s'est bien préparé pour ce match, j'espère qu'on peut gagner.
   
Personnellement, vous êtiez très fatigué après la demi-finale contre le  Leinster (25-20 a.p. le 19 avril). Comment vous sentez-vous maintenant ?
M. G. :
Je me sens bien, c'est vrai qu'après le Leinster, j'étais fatigué. C'était le deuxième match pour moi (depuis sa blessure, ndlr) après 80 minutes, contre Grenoble. Alors 100 minutes contre le Leinster, qui était un match très  difficile...
   
Vous risquez de jouer cette finale devant un stade qui ne sera pas plein. Est-ce que cela vous affecte ?
M. G. :
On préfère avoir un stade plein, mais si on ne l'a pas, ce n'est pas  grave. Nous, on ne peut pas faire autre chose pour remplir le stade, on ne peut  pas avoir d'influence sur cela, et le plus important pour nous, c'est la victoire. Si c'est devant 70.000 Toulonnais c'est bien, si ce n'est pas le  cas... C'est comme ça.
   
Quel regard portez-vous sur l'équipe clermontoise et quelle sera la clé  du match ?
M. G. :
Clermont est une belle équipe dans son ensemble. Pour moi, c'est même  la meilleure équipe cette année. Ils ont bien joué tout le temps, ont fait le boulot... Pour moi, ils sont favoris dans cette finale, mais dans un match  comme celui-là, ce n'est pas grave de ne pas être favori, l'important est de  gagner. Leurs qualités font qu'il est difficile de sortir une individualité du  groupe, en tout cas la discipline en défense sera très importante. Nous devrons travailler en équipe et être très disciplinés, même si c'est une réponse un peu ‘cliché’.

Ce sera la septième finale d'affilée pour Toulon. Y a-t-il toujours la  même excitation ?
M. G. :
C'est un gros match, on s'entraîne, on joue au rugby pour des matches comme celui-là. Pour ma part oui, c'est un match qui m'excite, ce sera dur mais c'est une finale. Après, il y a cette année des joueurs différents de ceux de  l'année dernière, et l'année d'avant des joueurs différents de la première année.
   
Remporter trois coupes d'Europe consécutives ferait rentrer Toulon dans  la légende. Est-ce quelque chose dont vous parlez entre vous ?
M. G. :
Non, on n'en parle pas. On sait bien que c'est quelque chose de spécial  si on arrive à gagner samedi, mais penser au triplé, non. Ça, c'est quelque chose à quoi tu penses quand tu as 60 ans, tu réfléchis et tu te dis ‘ah oui, c'est spécial’, mais aujourd'hui tout ce qui compte, c'est de gagner.

AFP