Drew Mitchell (RC Toulon)
Drew Mitchell (RC Toulon) | Franck PENNANT / AFP

Coupe d'Europe: Toulon destin en mains face à Bath

Publié le , modifié le

Ce serait trop bête et un vrai échec que Toulon , triple tenant du titre, manque la qualification pour les quarts de Coupe d'Europe une fois arrivé sur la dernière marche, ce samedi (16H15) à Bath, où il faudra gagner si possible avec le bonus. Le fameux groupe de la mort tient toutes ses promesses. Le triple champion d'Europe, d'abord en difficulté, a repris la main au classement en l'emportant sur le fil dimanche dernier (15-11) face aux Wasps, à qui il livre un duel à distance, les "Guêpes" jouant contre le Leinster.

Toulon  compte un point d'avance sur son rival anglais, mais se ferait  doubler en cas d'égalité à l'opposition directe (4 points contre 6). D'où l'intérêt de l'emporter le plus confortablement possible, afin de  s'assurer au pire une place de meilleur deuxième, au mieux un quart de finale à  domicile. 

Les choses sont plus compliquées en cas de défaite. Toulon  pourrait tout  simplement être éliminé, toujours dans l'optique d'un succès des Wasps à  Coventry dans le même temps. Les Toulonnais ont promis d'entrer sur la pelouse pour gagner, sans  calculs, mais ils auront forcément dans un coin de leur tête ces différentes  options. "Cela peut influer sur notre stratégie, explique l'entraîneur des avants,  Jacques Delmas. Mais soyons humbles. Assurons d'abord la victoire et on pensera  au bonus après". "On pense seulement à gagner, pas à marquer quatre essais, abonde le  troisième ligne sud-africain Duane Vermeulen. La victoire passe avant tout, on  doit se mettre ça en tête."

Fraîcheur physique et discipline

Mais Toulon  arrive confiant en son destin pour sa troisième "finale" en  trois semaines, après avoir remporté les deux précédentes face à Bath (12-9),  déjà, et contre les Wasps (15-11) à Mayol. "Peut-être la chance du champion", soufflait le président, Mourad  Boudjellal après le miracle de la dernière seconde contre les Wasps. Des  matches intenses et serrés, usants tant sur le plan physique que mental. "On a fait le choix de la récupération et de se donner les moyens d'être  frais, explique Delmas. On a vu la semaine dernière face aux Wasps que l'on  pouvait porter le ballon dans les dernières minutes et aller marquer cet essai". 

Rodé à la pression par son expérience désormais considérable sur la scène  continentale, le RCT se resserrera sans doute sur le combat. Moins brillant  offensivement, à l'image de l'ouvreur Quade Cooper à la peine mais titularisé  en l'absence de Frédéric Michalak et Matt Giteau, il sait se reposer sur les  fondamentaux quand cela est nécessaire. "Ce sont des matchs très physiques qui se jouent devant. J'aime ça", sourit   Vermeulen. Pour accrocher la victoire, les Toulonnais pourront également  s'appuyer sur ce qu'ils ont bien fait lors de leurs deux dernières sorties,  notamment la discipline. 

Le RCT est l'équipe qui se met le moins à la faute dans cette compétition  (39 pénalités concédées). "La discipline est une preuve de maîtrise, c'est  aussi cela le haut niveau", conclut Delmas. Peut-être enfin le RCT pourra compter sur la démobilisation d'un adversaire  au départ ambitieux, mais qui vit jusque-là une saison décevante. Tôt mis hors  course en Coupe d'Europe, Bath est aussi à la peine en championnat (9e) sur  lequel il va concentrer toutes ses énergies.

AFP