Sofiane Guitoune (Toulouse) au coeur de la défense du Racing, entre Henry Chavancy et Brice Dulin
Sofiane Guitoune (Toulouse) au coeur de la défense du Racing, entre Henry Chavancy et Brice Dulin | AFP - FRANCK FIFE

Coupe d'Europe - Racing 92 - Toulouse, le match est lancé

Publié le , modifié le

Le quart de finale de la Coupe d'Europe (dimanche, 16h en direct sur France Télévisions) entre le Racing 92 et le Stade toulousain s'est idéalement préparé pour les deux équipes. Dimanche, les deux dernières formations françaises engagées dans cette compétition se sont en effet imposées dans le Top 14, pour prolonger une dynamique très positive. Avant leurs retrouvailles, état des lieux de deux prétendants à la victoire finale.

Toulouse: une série de 14 matches sans défaite en Top 14

Depuis la 6e journée du Top 14 (le 29 septembre), et un revers à domicile contre Castres (26-22), le Stade toulousain n'a plus perdu sur la scène nationale. Seul le match nul chez le rival clermontois (20-20 lors de la 12e journée) a ralenti leur avancée inexorable vers les sommets. "C'est une équipe en confiance", résume Régis Donnes, l'un des entraîneurs de l'équipe. "On connait notre série de victoires, cela permet de garder cette confiance dans les moments un peu difficiles ou sous pression." La victoire dimanche soir à La Rochelle (23-14), malgré de nombreux changements dans l'équipe, est venue confirmer l'exceptionnelle dynamique des Rouge et Noir, leaders du Top 14. Depuis le début de la saison, sur les 20 matches, Toulouse a décroché à 7 reprises le bonus offensif. C'est le meilleur total actuel, à égalité avec Clermont.

Racing 92: 15 points sur 15 possibles sur les 3 derniers matches du Top 14

En s'imposant dimanche contre l'UBB (45-27), le Racing 92 a empoché sa troisième victoire bonifiée de suite. Qu'il semble loin le temps où l'équipe avait enchaîné quatre défaites en cinq matches (à Bordeaux-Bègles, Lyon, Castres et contre Toulouse). Néanmoins, cette dynamique n'est que très récente, te cet ultime succès sur les Bordelais ne s'est pas fait dans la décontraction, puisque les visiteurs menaient en 1re période (20-7). "On fait une première mi-temps vraiment approximative. La deuxième est par contre aboutie, on a su imposer nos séquences de jeu", a souligné Laurent Travers, co-entraîneur avec Laurent Labit de l'équipe francilienne. Replacés dans les clous de la qualification, les Racingmens ont glané à six reprises un bonus offensif dans ce championnat de France. Un de moins que le Stade toulousain.

Les confrontations directes: avantage Toulouse

Cette saison, Toulousains et Racingmens se sont déjà croisés à deux reprises en Top 14. La première fois lors de la 4e journée (15 septembre), avec une large victoire toulousaine à domicile (30-17). La deuxième il y a peu de temps, lors de la 16e journée (17 février), avec un deuxième succès, plus court, des hommes d'Ugo Mola sur la pelouse synthétique de la Défense Arena. Si l'on ajoute également la victoire toulousaine en avril 2018, le Racing 92 n'a plus battu cette formation depuis le 2 décembre 2017. Les Ciel et Blanc sont donc bien conscients du danger représenté par cet encombrant adversaire: "Sur un quart de finale, ça ne pardonnera pas", a prévenue Laurent Travers au sujet de la prestation de ses troupes dimanche et du prochain match.

L'Europe pour une première

Jamais Toulouse et le Racing ne se sont affrontés dans une Coupe d'Europe. Ce sera donc une première dimanche, entre la première équipe de rugby créée en France (Racing) et le club le plus titré de l'histoire (Toulouse: 4 Coupes d'Europe, 19 titres de champion de France). Ce sera le 62e match de Coupe d'Europe pour les Ciel et Blanc, le 164e des Rouge et Noir. Les deux clubs ont pour point commun de n'avoir connu qu'une seule défaite lors de la phase de poules, tous deux le samedi 12 janvier lors de la 5e journée en Irlande contre le Leinster (Toulouse) et l'Ulster (Racing). Mais les hommes de Jacky Lorenzetti ont fini à la 1re place de leur poule, pendant que ceux de Didier Lacroix ont fini 2e. Voilà pourquoi ils se retrouvent dimanche, avec une place en demi-finale pour enjeu. Ce serait la troisième lors des quatre dernières saisons pour le Racing, la première depuis la saison 2010-2011 pour Toulouse.

Racing 92 - Stade toulousain: les frères ennemis