Ballon H Cup
- | AFP / THIERRY ZOCCOLAN

Coupe d'Europe: pourquoi ça bloque ?

Publié le , modifié le

Les Ligues professionnelles française et anglaise ont annoncé la création de la Rugby Champions Cup, une nouvelle compétition continentale qui devrait reprendre certaines de leurs revendications écartées lors des discussions de réforme de la Coupe d'Europe. Les modalités d'organisation de cette Coupe d'Europe concurrente seront dévoilées "fin octobre", a précisé le communiqué annonçant sa création, se contentant d'affirmer qu'"elle sera basée sur le principe de qualification liée aux résultats sportifs, selon un format attractif, de haut niveau, et équitable entre les différentes ligues".

Réduction du nombre de clubs et qualification au mérite

La principale demande de la Ligue nationale de rugby (LNR) et de la  Premiership Rugby était une modification du format de la compétition. Elles souhaitaient la réduction de 24 à 20 du nombre de clubs engagés.  Selon ce modèle, le nombre de clubs français et anglais resterait inchangé (6  chacun) mais celui des équipes issues de la Ligue celtique -qui réunit des  franchises écossaises, galloises, irlandaises et italiennes- passerait de 10 à  6. Les vainqueurs de la Coupe d'Europe et du Challenge européen compléteraient  le tableau.

Elles souhaitaient aussi que les équipes de la Ligue celtique soient  qualifiées en fonction de leur classement dans ce championnat -soit les 6  premiers en Coupe d'Europe- et non en vertu de quotas nationaux comme c'est le  cas actuellement (3 Irlandaises, 3 Galloises, 2 Ecossaises, 2 Italiennes). Un  tel système pourrait voir des nations de niveau plus faible, comme l'Italie ou  l'Ecosse, manquer certaines éditions.

Un calendrier resserré   

Les clubs anglais et surtout français réclamaient une modification du  calendrier afin de terminer les compétitions européennes fin avril et donner  plus de continuité à la phase finale du Top 14.  Malgré des difficultés pour articuler une telle formule avec trois  championnats domestiques différents et les matchs internationaux en prime, une  solution semblait se dessiner sur ce point.

Une répartition financière en "trois tiers"

Français et Anglais, qui estiment apporter beaucoup à l'économie de la  Coupe d'Europe, n'étaient pas satisfaits de la répartition financière en  vigueur au sein de l'ERC, la société organisatrice des compétitions du système  actuel (25% pour la LNR, 25% pour Premiership Rugby et 50% pour les nations de  la Ligue celtique). Elles réclamaient un système de "trois tiers" (33% chacun).

AFP