Brice Dulin, Racing-Metro, Northampton
L'arrière du Racing-Metro Brice Dulin est repris par la défense de Northampton | MARTIN BUREAU / AFP

Coupe d'Europe: le Racing-Métro en quête de confirmation

Publié le , modifié le

Le Racing-Métro et Northampton s'affrontent en Angleterre pour une "finale" de groupe, mais sans la pression de la qualification, déjà acquise pour les deux. L'enjeu est donc la première place et un quart de finale à domicile en cas de victoire pour l'une des deux équipes. Un nul pourrait même suffire pour terminer premier au Racing-Métro, seule formation invaincue et qui devancerait les Anglais à la différence particulière. Deux autres clubs français seront en lice sur la scène européenne ce samedi: Toulon déjà assuré de la première place du groupe et qui se rend chez les Gallois de Lllanelli, et Castres, déjà éliminé, qui recevra les Harlequins, pour tenter de sortir de la compétition avec les honneurs.

Le Racing veut marquer les esprits

Au-delà de la première qualification de son histoire pour les phases finales de la Coupe d'Europe, le Racing-Métro visera lors de la 6e et dernière journée à Northampton un succès pour recevoir en quarts et  marquer les esprits. Malgré la statistique selon laquelle aucune équipe sortie invaincue des poules n'a jamais soulevé la Coupe d'Europe au final, les Ciel et Blanc, auteurs de quatre victoires et un nul dans la compétition jusqu'ici, souhaitent malgré tout rapporter un succès de Franklin's Gardens. Pour terminer premier et bénéficier d'un quart de finale à domicile (un nul assurerait la première place mais pas forcément de recevoir), avantage appréciable sur la route des demi-finales et d'un trophée convoitée par les Franciliens qui se plaisent à penser qu'ils pourraient le ramener cette saison. D'ores et déjà, en cas de victoire dans les Midlands, l'ambitieux Racing-Métro, puissance reconnue en France mais pas encore en Europe, enverrait aussi un signal fort à la concurrence.

Les Racingmen se présentent donc gonflés à bloc et pas du tout décidés à se contenter d'une simple qualification, l'un des objectifs de la saison déjà atteint. Ils disent même ressentir de la pression. Ils ne veulent pas aller en Angleterre simplement pour ramener un point. "On on est quasiment dans un match de phase finale et on a la pression du résultat", affirme ainsi l'entraîneur Laurent Labit. Le technicien aborde cependant "avec quelques certitudes mais aussi de  l'humilité" ce rendez-vous à Northampton, battu en octobre à Colombes (11-20)  mais qui a ensuite tout dévasté sur son passage pour lui aussi assurer sa qualification avant la dernière journée. Ce seront un match de vrais prétendants avec une haute valeur ajoutée qui aura lieu à Northampton. 

Toulon pour afficher ses ambitions 

Dans la poule 3, la plus simple au niveau de la qualification, déjà acquise pour Toulon, assuré de terminer premier, le double champion d'Europe tentera chez les Scarlets de rapporter une victoire de nature à conforter ses ambitions. Derrière, Leicester a encore une infime chance de se qualifier en cas de succès bonifié sur la pelouse de l'Ulster, combiné à des résultats favorables dans les autres poules.

Dans la poule 2, là aussi, un match au couteau mettra aux prises les Wasps au Leinster. Ce sera samedi à Coventry, où les Londoniens ont émigré début janvier. Moribonds et donnés pour quasiment éliminés après leurs deux défaites inaugurales, ils ont absolument besoin d'une victoire pour voir les quarts, sauf improbable match nul combiné à des résultats favorables. Un succès bonifié pourrait même leur offrir un quart de finale à domicile. En face, le Leinster, seul représentant irlandais à pouvoir se qualifier pourrait se contenter  d'une défaite avec le point de bonus. Mais une victoire lui permettrait de recevoir à Dublin. Les Harlequins ont eux encore une très maigre chance de décrocher l'un des billets de meilleur deuxième: il leur faut  pour cela rapporter cinq points de Castres et miser sur un improbable concours de  circonstances, dans leur poule et dans les autres. Les Castrais, de leur côté, plutôt préoccupés par leur position dans le championnat domestique, ont depuis longtemps rendu les armes en Europe mais peut-être, poussés par l'orgueil, trouveront-ils des ressources pour sortir la tête haute.   

Christian Grégoire