Chris Masoe (Racing 92)
Chris Masoe (Racing 92) | MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

Coupe d'Europe: le Racing 92 prend le bonus offensif contre Glasgow

Publié le , modifié le

Le Racing s’est presque complètement ouvert la porte des quarts de finale de la Champions Cup à la faveur de son succès bonifié (34-10) sur les Glasgow Warriors en match en retard de la première journée. Après 20 minutes difficiles, les Franciliens ont emballé la rencontre et fait la différence entre la fin du premier acte et le début du second. Ils seront qualifiés et termineront premiers de la poule 3 en cas de victoire sur les Scarlets dimanche prochain à Colombes.

Trois succès et un match nul en quatre rencontres de Coupe d’Europe, le bilan du Racing 92 s’avère quasi parfait aux deux tiers de la phase de poules. Seul Northampton (10 points) semble encore en mesure de venir contrarier les plans des Ciel et Blanc qui caracolent en tête de cette poule 3 avec 17 points. Ce samedi au stade Yves-du-Manoir, le club du président Lorenzetti a assuré l’essentiel en s’adjugeant une précieuse victoire qui n’a souffert aucune contestation malgré la légendaire bravoure des visiteurs.

Glasgow prend les devants

Les Ecossais faisaient illusion un gros quart d’heure et rataient d’ailleurs l’ouverture du score sur une pénalité des 40 m signée Finn Russell consécutive à une faute au sol des Racingmen (10e). Mais c’était reculer pour mieux sauter car ils passaient devant cinq minutes plus tard après une dangereuse relance à la main des locaux et une faute de Maxime Machenaud : Russell scorait de près (0-3).

Les Franciliens réagissaient quelques instants plus tard par une longue séquence dans le camp adverse. Un ballon joué au sol par Ryan Wilson offrait une pénalité aux Cile et Blanc. Des 40 mètres dans l’axe, Dan Carter égalisait (3-3). Puis les hommes du duo Labit-Travers accentuaient la pression et parvenaient à conclure un splendide essai après de nombreux temps de jeu : un jeu déployé avec notamment une passe sur un pas de Masoe pour Andreau manquait de peu d’aboutir, mais Ben Tameifuna propulsait sa grande carcasse dans l’en-but après un dernier pick and go (10-3 avec la transformation de Carter, 29e).

Deux mauls conclus par Szarzewski

Le Racing ajoutait trois points juste avant la pause, toujours grâce à l’ouvreur néo-zélandais, suite à une nouvelle faute écossaise consécutive à un bon pressing de Juan Imoff sur la défense adverse (13-3).

Le club des Hauts-de-Seine enfonçait le clou dès l’entame de la seconde période. Un maul rondement mené par les avants était parfaitement conclu par Dimitri Szarzewski (44e). Carter transformait sans peine (20-3). Le pack parisien remettait le couvert quelques minutes plus tard pour un résultat identique, le talonneur international fraichement retraité du XV de France aplatissant en terre promise avant que Carter ne rajoute deux points (27-3, 50e).

Glasgow sauvait l’honneur juste avant l’heure de jeu en marquant à son tour par Leone Nakarawa (27-10, 59e). Cela ne changeait rien au problème du Racing, contraint de rajouter un essai pour s’offrir le bonus offensif. Ce quatrième essai a été long à venir, le Racing gérant les dernières velléités écossaises avant de porter l’estocade après la sirène sur un ultime effort du pack conclu par Manuel Carizza (32-10 puis 34-10 après la transformation de Carter, auteur de14 points et d’un excellent match).

Réactions:

Laurent Labit, entraîneur du Racing 92: "L'objectif était dans un premier temps de gagner ce match, de réaliser une  grosse performance et de prendre les 5 points si on en avait la possibilité. Ca  a été long à se dessiner puisqu'il a fallu attendre la dernière action mais  c'est évidemment une grosse satisfaction d'avoir joué à ce niveau là. Sur cette  Coupe d'Europe, en quatre matches on a trois victoires bonifiées et un match  nul à l'extérieur, c'est une compétition qui nous convient bien. Maintenant, on  a un dernier match ici contre les Scarlets pour aller chercher la  qualification. On s'est mis dans de très bonnes dispositions. On veut se  qualifier le mieux possible pour être dans les quatre équipes qui recevront en  quarts. C'est bon pour le moral, l'état d'esprit."
   
Luke Charteris, deuxième ligne du Racing 92: "Le plus important était déjà  de gagner. Maintenant, on va tout faire pour avoir le meilleur classement  (parmi les qualifiés, ndlr). On est très content. On est en bonne position et  si on gagne dimanche face aux Scarlets ce sera bon."