Labit : "Hors de question de fermer le jeu" face à Toulouse

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Laurent Labit, l'un des coachs du Racing-Métro
Laurent Labit, l'un des coachs du Racing-Métro | AFP PHOTO / JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Racing 92 ne fermera pas le jeu face à Toulouse, flamboyant leader du Top 14, dimanche lors du quart de finale franco-français de Coupe d'Europe, a assuré jeudi son entraîneur des arrières Laurent Labit.

 Même s'ils dominent le Top 14, les Toulousains vous ont désignés favoris de ce quart de finale. Qu'en dites-vous?
Laurent Labit : "Je ne crois pas qu'il y ait de jeu d'intox comme cela pouvait exister dans le passé. Il y a beaucoup de respect entre les deux clubs. Tout le monde est d'accord et conscient pour voir ce qu'a fait Toulouse depuis le début de la saison. Ils ont très peu perdu, ils sont sur une série importante de matches sans défaite (14 en Top 14, NDLR). On est en Coupe d'Europe, une compétition différente, à domicile, sur un quart de finale, on est habitué depuis quelques saisons à jouer ce genre de matches. Ce n'est pas important de savoir qui va endosser le rôle de favori ou d'outsider. On est peut-être avantagé par le terrain mais je pense que les deux équipes sont très proches."

Que vous inspire cette équipe de Toulouse?
L.L : "Quand ils sont venus ici (défaite 34-29 en février), ce qu'on a vu, c'est qu'on leur a donné des ballons faciles à utiliser, sur des jeux au pied, des turnovers, des contre-attaques. Il est hors de question de fermer le jeu. Ils auront forcément des situations qui leur iront bien. Ce sera à nous d'être meilleurs défensivement que ce qu'on a été sur les derniers matches de championnat ici. Lors du dernier match, on leur a donné au moins trois essais faciles, c'est ce genre de choses qu'il faut éviter. Il faudra être performant dans l'utilisation du ballon mais beaucoup plus quand on ne l'aura pas. Dimanche, en plus de ce match extraordinaire, le stade sera plein. A des moments, même si on est bien, pris par cet engouement, on a tendance à égarer quelques ballons. Il y aura des situations de turnovers, des situations critiques pour les deux équipes et je crois que ce sont ces situations qui seront la clé du match. Il faudra, sur ces temps faibles, ne pas encaisser de points."

Bernard Laporte a dit avoir rencontré les cinq meilleurs entraîneurs du monde pour trouver le futur sélectionneur du XV de France. Est-ce qu'il vous a rencontrés, vous et votre binôme Laurent Travers ? 
L.L : "Non, on n'en fait pas partie. Je crois qu'on est sixième en plus (rires). (...) On a beaucoup de choses devant nous avec le Racing. Il y a ce quart de finale, le championnat derrière aussi. Dans un premier temps, on s'occupe de ça, et on verra la suite."

AFP