Coupe d'Europe de rugby: double "crunch" avec vue sur la finale

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Stade Toulousain
Le Stade Toulousain affronte cet après-midi Exeter | REMY GABALDA / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Double ration de "crunch" en demi-finales de Coupe d'Europe de rugby ce samedi: dans sa quête d'une première étoile, le Racing 92 se frotte à l'armada des Saracens et le Stade toulousain se rend à Exeter avec l'ambition de renouer avec son glorieux passé.

Racing 92 - Saracens (14h00) et Exeter - Stade toulousain (16h30) à suivre en direct vidéo sur france.tv

Deux demi-finales franco-anglaises, c'est du jamais vu dans la compétition initiée en 1995. Cette édition chamboulée par la crise sanitaire, dont l'issue se déroule exceptionnellement à l'automne, a accouché d'un menu alléchant.

A commencer par le Racing 92, deux fois finaliste de la Coupe d'Europe (2016, 2018) et actuel leader du Top 14, qui reçoit ce qui se fait de mieux sur le continent sur les dernières années. Les Sarries ont remporté trois des quatre dernières éditions de la Champions Cup (2016, 2017, 2019).

Une première pour les Chiefs

Avec quatre trophées, le dernier en 2010, le Stade toulousain est le club le plus titré dans la compétition à égalité avec les Irlandais du Leinster. Les Chiefs d'Exeter mettent quant à eux pour la première fois les pieds dans le dernier carré mais sont, comme Toulouse, invaincus, et dominent le Championnat d'Angleterre.

Avec deux représentants, le rugby français a renforcé ses chances de reconquérir un trophée qui le fuit depuis 2015 et le triplé de Toulon. Mais la marche s'annonce haute, surtout pour le Racing qui aura toutefois l'avantage de recevoir.

Seulement 1000 supporters à La Défense Arena

Avantage, vraiment? Pas sûr puisque les Sarries ont réalisé un tour de force sur le terrain du Leinster (25-17 à huis clos), en quart de finale, que l'équipe anglaise a l'habitude de jouer sur une pelouse synthétique et que le Racing devra faire avec un nombre encore plus limité de supporters, contexte sanitaire oblige.

Mille spectateurs, au lieu de 5.000, "ça va être encore plus triste", a déploré le talonneur international Camille Chat, l'un des Racingmen les plus en vue à Clermont (36-27) en quart de finale. "Même si c'est à huis clos, on fera le match qu'il faut pour l'emporter", a tranché le capitaine et demi de mêlée Teddy Iribaren, convaincu que son équipe est capable de faire chuter des Sarries surmotivés par la perspective de conserver leur titre avant de rejoindre la deuxième division anglaise.

Sanctionné pour plusieurs infractions au plafond salarial, le club de Watford sait depuis plusieurs mois qu'il quittera l'élite la saison prochaine. Cela ne l'a pas empêché de conserver un effectif qui nourrit largement le XV de la Rose, vice-champion du monde.

Même l'absence du polyvalent Owen Farrell, capitaine et buteur de la sélection anglaise, qui purge une suspension pour un plaquage à la gorge, n'a pas semblé les gêner face au Leinster, finaliste sortant. Avoir des ressources, c'est "ce qui fait la force des grandes équipes", souligne le coach du Racing 92 Laurent Travers, qui espère déjouer les pronostics.

Le club francilien n'a remporté que deux de ses huit confrontations avec les Sarries, la dernière en novembre à Nanterre (30-10) face à une équipe anglaise très remaniée.

Le Stade Toulousain veut poursuivre sur sa lancée

Le Stade toulousain n'a lui encore jamais affronté Exeter en compétition européenne. Impressionnant de maîtrise contre l'Ulster (36-8), le champion de France 2019 aborde avec une bonne dose de confiance ce déplacement. La charnière du XV de France Romain Ntamack-Antoine Dupont, prend de l'assurance, et la star sud-africaine Cheslin Kolbe, encore auteur de deux essais, dont un somptueux contre le club irlandais, fait des merveilles.

"Il est incroyable. Il suffit de lui donner le ballon le plus rapidement possible et laisser la magie opérer", commente le centre du Stade toulousain, le Néo-Zélandais Pita Ahki, à propos de celui qu'il considère comme "le meilleur joueur du monde".

Seule équipe du dernier carré à n'avoir signé que des victoires (7), le Stade toulousain espère poursuivre la série au stade Sandy Park, privé de son chaleureux public. Un succès de plus et les Rouge et Noir retrouveraient la finale pour la première fois depuis dix ans.

Les deux matchs seront à suivre en direct sur France 2.

AFP