Yannick Nyanga
Yannick Nyanga tente de passer | AFP

Coupe d'Europe: Bath douche Toulouse

Publié le , modifié le

Le Stade Toulousain a raté l'occasion de se qualifier directement pour les quarts de finale de la Coupe d'Europe, suite à une défaite (18-35) face à Bath qui a pris le point du bonus offensif (quatre essais). La formation française reste néanmoins en tête de la poule 4, avec un point d'avance sur son rival du jour, et deux sur Glasgow, vainqueur de Montpellier (21-10).

Après quatre victoires en quatre matches, les Toulousains abordaient ce match en pleine confiance, d'autant plus qu'ils s'étaient imposés (19-21) à l'aller. Mais le scénario du début de rencontre avait plutôt tendance à crisper les hommes de Guy Novès. Après une pénalité de Ford au bout de deux minutes de jeu, les Rouge et Noir allaient subir le jeu rapide et efficace des Anglais. Louw servait ainsi sur un plateau son ailier Banahan qui partait à l'essai (10-0, 7e). La réaction toulousaine ne tardait pas avec la progression du maul jusqu'à l'en-but, Maestri aplatissant et Flood à la transformation pour réduire le score (7-10, 13e).

Mais les maladresses des joueurs locaux se multipliaient et Bath en profitait pour inscrire un deuxième essai par Cook à la suite d'une interception (7-15), puis Joseph enfonçait le clou trois minutes plus tard à la suite d'une belle chevauchée de Banahan (7-22). Après une pénalité de Ford, il Huget avait le mérite de redonner espoir aux siens sur un deuxième essai toulousain (12-25). Juste avant la pause, Flood ajoutait trois point de plus (15-25). Les hommes de Mike Ford tentaient de gérer leur avantage, le score évoluait peu, et Nyanga ratait de peu l'essai salvateur, Ford l'empêchant de se retourner (55e). Le rempart anglais restait intact, et sur un petit coup de pied à suivre pour lui-même, Joseph mystifiait la défense toulousaine pour servir Louw qui inscrivait le quatrième essai, synonyme de bonus offensif (72e, 18-32). Ford scellait définitivement la victoire anglaise sur une dernière pénalité.

Vidéo: La réaction de Louis Picamoles

Romain Bonte