Clermont Ulster Abendanon
Nick Abendanon (Clermont) file à l'essai | THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Clermont, Toulon, Stade Toulousain: la Champions Cup dans le viseur

Publié le , modifié le

Un moment mal en point(s) sur la scène européenne, le rugby tricolore a finalement réussi à qualifier trois des six clubs engagés pour les quarts de finale de la Coupe d’Europe (Clermont recevra Toulon et Toulouse défiera le Munster en Irlande début avril) et trois autres pour les quarts du Challenge européen : le Stade Français, Brive et La Rochelle qui joueront tous à l’extérieur. Le printemps sera très chaud !

Clermont favori contre Toulon

Avec six représentants parmi les 16 qualifiés pour les phases finales des coupes européennes, le Top 14 a fait mieux que le championnat anglais qui aura seulement quatre clubs concernés le premier week-end d’avril. Mais à la différence des autres, Clermont évoluera à domicile, dans son antre de Marcel-Michelin. Remake des finales 2013 et 2015, le choc face au Rugby Club Toulonnais promet beaucoup. L’ASMCA et le RCT sont les deux meilleurs clubs tricolores depuis cinq ans et leur rivalité n’a fait que s’accroître au fil de duels épiques. Au nombre de victoires, les Jaunards rivalisent avec les Varois, mais le Ercété a marqué son adversaire au fer rouge avec ces deux finales continentales, la première remportée d’un petit point hantant encore les esprits auvergnats. Cette saison, les deux formations se sont partagées les succès (23-21 à Mayol, 30-6 à Michelin). La belle va passionner les foules.

Toulouse face au défi Munster

Le troisième et dernier club français aura une tâche ardue. Le Stade Toulousain se rendra à Limerick pour y défier le Munster dans son antre de Thomond Park. Cette affiche mettra aux prises les deux équipes comptant le plus de matches disputés dans la compétition (depuis 1995). Ce choc franco-irlandais sera également le remake de deux mauvais souvenirs pour les Stadistes : la finale de l’édition 2008 arrachée par le Munster (16-13) après un coup de pied de Fabien Pelous dans l’arrière-train d’Alan Quinlan. Et le quart de finale 2014 où les hommes de Guy Noves avaient été balayés par Stander, O’Connel, Earls et autres Keatley (47-23). Gagner devant la Red Army n’est jamais facile et Toulouse devra déjà rivaliser devant avant de penser à déployer du jeu au large. La Province irlandaise est habitée d’un état d’esprit guerrier depuis toujours mais encore plus cette saison depuis la mort d’Anthony Foley, le Munsterman le plus emblématique. Tout le Sud du pays souhaite lui rendre hommage en enlevant un troisième sacre continental.

La Rochelle a un coup à jouer

Le Challenge européen pourrait également sourire aux Français même si les trois prétendants trouveront à qui parler, surtout hors de l’hexagone. Le Stade Français se déplacera au pays de Galles pour affronter l’équipe sortie en tête de la phase de poules, les Ospreys. Cette franchise possède une ribambelle d’internationaux (Justin Tipuric, Dan Biggar, Rhys Webb, Alun-Wyn Jones, Bradley Davies…etc) et pratique un rugby aéré et créatif qui devrait donner une belle opposition avec des Parisiens jamais aussi bons que dans le jeu déployé. En cas de succès, Paris pourrait affronter en demies le CA Brive qui jouera à Bath contre l’un des favoris de cette épreuve. Seul club français premier de sa poule, le champion d’Europe 1997 possède un pack capable de rivaliser avec n’importe qui. Mais les Corréziens devront faire le moins de fautes possibles s’ils veulent sortir victorieux du fameux Recreation ground.

Dernier de cordée, le Stade Rochelais effectuera un déplacement sympathique à Edimbourg, cadre de la finale en mai. Les Jaune et Noir ne partiront pas avec les faveurs des pronostics mais ils ont vraiment un coup à jouer cette saison. Leur effectif de qualité, leur puissance et le talent de certains cadres comme Jason Eaton ou Victor Vito sont à même de contrecarrer les desseins écossais. Verdict le premier week-end d’avril.

Grégory Jouin @GregoryJouin