Kayser, Beattie, Clermont, Montpellier
Le Clermontois Benjamin Kayser | THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Clermont ne veut pas faire de sentiments

Publié le , modifié le

Déterminé à retrouver les demi-finales de H-Cup, Clermont attend Montpellier de pied ferme à Marcel-Michelin en quarts de finale de la compétition ce samedi (16h40). Pour leur premier quart de finale européen à domicile, les Auvergnats veulent se montrer à la hauteur. Finaliste malheureuse l'an passé, la province irlandaise de l'Ulster affrontera elle les Saracens, leader du championnat anglais (18h30).

Clermont est invaincu sur sa pelouse de Marcel-Michelin depuis 58 rencontres. Clermont a terminé la phase de poules sans connaître la défaite, malgré la présence du Leinster, tenant du titre, à ses côtés. Pourtant, Clermont se méfie de son quart de finale de H-Cup contre Montpellier. Le MHR a beau n'avoir jamais gagné en Auvergne lors de ses dix visites en Top 14, encaissant 35 points en moyenne, Benjamin Kayser ne fanfaronne pas : "L'arbitrage, l'intensité, leur état d'esprit, ne seront pas les mêmes qu'en Top 14. Il y aura un monde d'écart avec ce que l'on vit d'habitude", met en garde le talonneur jaunard.

Au souvenir de Chaban-Delmas

Cruellement éliminé par le futur vainqueur du trophée en demi-finale la saison passée (19-14), l'international français sait de quoi il parle. "Voir 23 mecs du Leinster debout en demi-finale à Bordeaux l'année dernière, c'est une image qui marque. Sur un coup de dé, ça aurait pu être nous", confesse Kayser. A l'image du Championnat de France,  où les hommes de Vern Cotter ont perdu dix finales avant d'accéder au sacre national en 2010, ils ont été éjectés trois fois au stade des quarts de finale de H-Cup (en 2000, 2002 puis 2010) avant d'atteindre les demies. Un passé en forme d'avertissement pour des Auvergnats dont la route au dernier carré fut barré deux fois par des clubs français au niveau continental (Toulouse puis Castres).

Pour le premier quart de finale européen de son histoire, Montpellier s'attaque à une montagne. "Pour l'apprentissage, l'équipe et le vécu, c'est ce qu’il y a de mieux, avance Fabien Galthié, manager du club héraultais. Peut-être qu'on va y laisser des plumes…"A la lutte pour accéder aux barrages sur le sol national, les finalistes malheureux du Championnat de France 2011 ne veulent pas galvauder cette affiche. "Le but c'est de se qualifier. Mais pour ça, il va falloir faire un exploit, on en est conscients", résume le capitaine héraultais Fulgence Ouedraogo. Des huit équipes encore engagées, le MHR est celui qui a encaissé le plus de points dans le dernier quart d'heure en phases de poules. Un défaut à gommer avant d'affronter la formation qui en a marqué le plus sur le même laps de temps.

L'inexpérience de Montpellier

L'escouade de l'actuel 2e du Top 14 présente de nombreux atouts. La Yellow Army a le meilleur taux de réussite de la compétition dans les tirs au but (87%) et possède dans ses rangs Rougerie, meilleur passeur après contact, Nalaga, meilleur marqueur d'essais (5 essais en 6 matches) Fofana, meilleur franchisseur, en compagnie du… Montpelliérain Nagusa et Parra meilleur réalisateur de H-Cup (90 points). Seul point d'inquiétude pour le bulldozer auvergnat, l'absence de leur ouvreur Brock James, blessé. Titularisé contre Agen le week-end dernier, Ludovic Radosavljevic avait donné satisfaction. A voir au niveau supérieur. Malgré nombre d'éléments en leur défaveur, les Languedociens pourront s'appuyer sur l'expérience de Thibault Privat, seul membre de leur effectif à avoir déjà disputé un quart de finale… sous les couleurs de l'ASMCA. Et se dire qu'en cas de victoire à Marcel-Michelin, ils recevraient les Harlequins ou le Munster le 27 avril prochain à la Mosson. Dans leur ville.

Affrontement majeur à Twickenham

Dans l'autre quart de finale du jour, les Saracens accueillent l'Ulster à Twickenham. Finaliste malheureuse de la dernière édition dans le Temple du rugby face au Leinster, la province irlandaise y revient pour affronter le leader du Championnat d'Angleterre. Vainqueurs des Leinstermen le week-end dernier, les troupes de Mark Anscombe semblent fin prêtes. Quant aux Sarries, éliminés en quarts de finales ces deux dernières années, ils veulent conjurer le sort. Le duel d'ouvreurs internationaux entre Paddy Jackson l'Irlandais et Owen Farrell l'Anglais est prometteur. Tout comme celui entre deux packs féroces.

Jerome Carrere