Les Clermontois heureux
Parra, Nalaga, Rougerie et Clermont font partie des grands favoris pour la H Cup | AFP - THIERRY ZOCCOLAN

Clermont, l'année ou jamais

Publié le , modifié le

Ayant fait valser le Leinster, double tenant du titre et surtout bête noire de l'ASM, Clermont s'est ouvert en grand les portes de quarts de finale de la Coupe d'Europe. Avec des cadres vieillissants (James, Bonnaire, Rougerie, Cudmore, Vermeulen, Hines, Pierre, Skrela) mais une formation qui connaît son jeu par coeur, l'équipe auvergnate a sans nul doute toutes les cartes en main pour décrocher son premier sacre européen. Cela passe d'abord par un quart de finale à domicile contre Montpellier, samedi.

Pendant longtemps, l'ASM a manqué de banc de qualité pour jouer la carte européenne. Souvent, Vern Cotter a dû voir ses troupes s'arrêter dès la phase de poule. Depuis sa première apparition en H Cup lors de la saison 1999-2000, l'équipe n'a vu les quarts de finale qu'à trois reprises: la première année, en 2001-2002 puis 2009-2010. Et ce n'est que l'an dernier que les Clermontois ont franchi cette étape, échouant en demi-finale (19-15) pour un ballon pas maîtrisé par Wesley Fofana au moment d'aplatir dans les arrêts de jeu. 

Durant toutes ces années infructueuses, l'ASM a souvent buté contre le Leinster. En poule comme après. En 2002-2003, deux défaites sanctionnent ce face-à-face. En 2009-2010, il manque un point pour faire chuter les Irlandais en quarts de finale (29-28). L'année suivante, le succès à domicile n'est pas suffisant pour passer en quarts. Et la troisième année consécutive n'avait donc pas été plus positive avec cette défaite rageante à Bordeaux en demi-finales (19-15). Cette année, tout a changé. Encore opposées lors des phases de poules, les deux équipes n'ont pas combattu dans la même catégorie. Deux victoires (15-12 en Auvergne, 28-21 en Irlande) pour les Jaunards, voilà comment ils ont vaincu leur bête noire ainsi que le double tenant du titre. 

Beaucoup de trentenaires

Les portes des quarts de finale ouvertes, les troupes de Vern Cotter peuvent voir beaucoup plus loin. C'est peut-être l'année ou jamais de soulever cette Coupe d'Europe, eux qui ont soulevé par deux fois le trophée du Challenge européen (1999, 2007). Avec leur parcours immaculé (0 défaite) sur la scène européenne, et étant les seuls à avoir suivi de près l'ogre toulonnais, autre grand favori pour le sacre européen, les Clermontois ont bien des atouts en poche. Un pack conquérant, des buteurs adroits (Parra et James), une ligne de trois-quarts surpuissante et joueuse magnifiée par les ailiers Sivivatu et Nalaga, l'ASM a un jeu complet, et désormais l'expérience de ces grands rendez-vous.

Mais cette année pourrait bien être le pic de forme de ce groupe. Car beaucoup de joueurs avancent vers la fin de carrière. Nathan Hines et ses 36 ans, Jamie Cudmore a 34 ans tout comme Julien Bonnaire alors qu'Elvis Vermeulen les fêtera vendredi et Gerhard Vosloo le 10 mai prochain, Julien Pierre aura 32 ans en juillet, Brock James fêtera ses 32 printemps en octobre, Aurélien Rougerie ses 33 en septembre, tandis que David Skrela, qui retrouvera son club formateur de Colomiers l'année prochaine, a déjà 34 ans. Bien sûr, l'entraîneur néo-zélandais a su attirer des joueurs de talent pour entourer ses "grognards", à l'image de Wesley Fofana ou de Morgan Parra. Mais le temps presse. Jouant ensemble depuis longtemps pour la grande partie de l'effectif, les Clermontois savent réciter leur jeu par coeur. L'Europe est à leur pogne. Il ne faut pas la laisser s'échapper.