Alvereti Raka
Le Clermontois Alvereti Raka félicité par ses coéquipiers | OLLY GREENWOOD / AFP

Clermont jette un froid sur les Saracens

Publié le , modifié le

Les Saracens avaient tout fait pour que le match de Coupe d'Europe prévu contre Clermont soit reporté en raison de mauvaises conditions climatiques. Mal leur en a pris car les Anglais ont paru complètement frigorifié tant dans leur jeu que dans leur sens tactique lundi dans ce match reporté de la 3e journée. Au contraire des Clermontois, très en jambes, qui ont puni le champion sortant (46-14) après lui avoir donné une leçon de rugby.

Ce résultat n'est pas anodin. ll s'agit de la plus lourde défaite concédée par les Saracens, qui restaient invaincus dans cette compétition depuis plus de deux ans, et vingt matches. Finalement, les 24 heures supplémentaires passées en Angleterre auront été joliment mises à profit par les Clermontois: un bonus, une revanche sur la finale du printemps dernier et une performance référence pour le reste de l'hiver. Surtout, avec ce succès, les Clermontois s'installent en tête de la poule 2, devant leurs victimes du soir. ils font un gand pas vers les quarts de finale.  

Peut-être sont-ce les circonstances de ce match exceptionnellement reprogrammé un lundi à une heure inhabituelle, sur fond de polémique puisque les Clermontois, qui n'avaient pas été consultés pour cette décision, dénonçaient "l'incompétence des autorités londoniennes et des Saracens" qui leur a donné une motivation supplémentaire ? La neige à peine déblayée, les Auvergnats ont pris entièrement possession de la pelouse, et n'ont laissé que peu de place à l'équipe anglaise, pourtant double tenante du titre.

Il a fallu seulement à peine un quart d'heure,  après quelques atermoiements et les premières velléités anglaises, pour que la répétition de la dernière finale, qui avait tourné en faveur des Sarracens au printemps dernier, soit cette fois totalement dominée par des Clermontois survoltés. Dans un stade très clairsemé, privé notamment des supporteurs de l'ASM contraints de rentrer en Auvergne après le report  du match dimanche, les hommes de Franck Azéma, pourtant à la peine en Top 14, ont fait honneur à leur titre de champion de France.

Avec six essais, les Clermontois ont cette fois laissé libre cours à leur vrai potentiel, surtout offensif, avec un Raka surpuissant et l'inusable Morgan Parra,  organisateur hors-pair du jeu, et auteur d'un 100% au pied. 

Raka puissance 3 

Malgré l'arbitrage toujours tatillon du Gallois Nigel Owens, des conditions météo compliquées, et un terrain synthétique, les  Clermontois ont parfaitement respecté leur plan de jeu, et ont démontré pour l'occasion tout le talent que recèlent leurs rangs. Et comme un signe donné au rugby français, selon lequel ont peut aussi trouver le salut dans l'engagement, le mouvement, dans l'intelligence de jeu, la relance, et  une prise de risques aux antipodes d'un rugby restrictif et rabougri.  

Car même si les "Sarries" vont mal en ce moment, avec cinq défaites domestiques de rang en novembre et une cascade de blessures dont les vedettes Maro Itodje et Liam Williams, ils n'en restent pas moins une redoutable machine. Mais Clermont, sur la scène européenne, est capable de hausser son niveau, comme il l'avait fait lors des deux premières journées, 
Sans ses ouvreurs Camille Lopez, Patricio Fernandez et Luke McAlister, tous blessés, Franck Azéma avait choisi de titulariser l'arrière Isaia Toeava en N.10. Le Néo-Zélandais a donné un tour résolument offensif à un Clermont déchainé.

Après dix minutes à l'avantage des Londoniens, les Auvergnats ont lancé leur match, dans le sillage d'une mêlée ultra dominatrice qui leur a sauvé la mise à plusieurs reprises dans les moments durs. Dès la 14e minute, l'intenable Penaud, titularisé à la dernière minute après le forfait de Lamerat, prenait le trou. Plus loin Fofana manoeuvrait en travers et croisait avec Raka, qui faisait le reste en puissance (7-0). Lee et Fofana, tous deux en verve, mettaient les "Sarries" sur le reculoir et le malin Raka en profitait pour se faufiler au ras d'un ruck pour le deuxième essai (14-0, 21e). L'ASM enfonçait ensuite le clou sur une combinaison en touche superbement exécutée: Parra perçait et offrait l'essai du triplé à Vaka (21-0, 26e).

Les "Sarries" étouffés 

Les champions d'Europe réagissaient en force avec un essai de pénalité sur un maul. Lee écopait au passage d'un carton jaune (29e) et à 14 contre 15, les "Jaunards" souffraient. Mais dans le dur, Vahaamina et Yato défendaient à merveille, le premier s'infiltrant dans un maul pour y mettre en terme (37e), le second en volant un ballon dans ses 22 mètres (40e), pour filer à la pause avec une confortable avance (24-7).

Et puis Raka pliait le match. Servi dans ses 22 mètres, l'ailier se lançait dans un raid solitaire incroyable, éliminant quatre défenseurs pour finir avec une passe après contact pour Van der Merwe pour l'essai du bonus (31-7, 47e). Suite à une nouvelle belle action collective, Fofana inscrivait un cinquième essai (60e), transformé par Parra auteur d'un sans faute (7 sur 7). L'ASM maintenait la pression et Toeva franchissait ensuite la ligne en toute fin de match pour parfaire le score (78e).
Au printemps, les Saracens avaient décroché le titre à la barbe de l'ASM, mais dans les conditions glaciaires, c'est bien les Auvergnats qui s'épanouissent. A confirmer à Clermont dimanche lors du match retour.

Christian Grégoire