Fritz Lee clermont
Fritz Lee (casque jaune) voit son essai validé | AFP

Clermont danse sous la pluie

Publié le , modifié le

Dans des conditions climatiques exécrables, sous la pluie, sur un terrain transformé en piscine, et dans la boue, Clermont a parfaitement bien géré son dernier match de Coupe d'Europe en l'emportant face au Racing-Métro (28-3), avec le bonus offensif, assurant ainsi sa première place, la deuxième au classement global de tous les qualifiés, ce qui lui permettra de recevoir pour les quarts de finale les Anglais de Leicester début avril.

Contrairement aux Toulousains et aux Toulonnais, qui s'étaient arc-boutés sur un jeu d'avants pour se sortir de leurs rencontres respectives, les Clermontois ont eu l'énorme mérite de mettre du mouvement, en dépit de la pluie et des ballons glissants, alternant le jeu au près et les actions au large, avec beaucoup d'intelligence dans les lancers et de l'abnégation dans leur volonté non seulement de l'emporter mais d'aller prendre les quatre essais nécessaires au bonus.  

Des Auvergnats motivés

Les Racingmen n'avaient rien à jouer, mais tenaient à assumer leur rôle d'arbitre pour une place préférentielle en quarts de finale entre Toulouse et Clermont, Toutefois, les Franciliens n'avaient pas les armes pour contrer des Clermontois particulièrement motivés, qui faisaient la loi en mêlée, débordaient de relances offensives. Les hommes de Cotter mettaient  à mal à l'impact des Racingmen cantonnés à défendre. Ils le faisaient bien certes, mais ils perdaient aussi beaucoup d'énergie et les Clermontois profitaient des failles deux fois en première période par Lee  (6e) et Vosloo (24e). 

Patients, organisés, jouant juste techniquement malgré les conditions, les Auvergnats insistaient en deuxième période, alors que les Racingmen avaient de plus en plus de mal à résister aux répétitions de mauls et de mêlées. Ils payaient cher aussi leur indiscipline avec trois cartons jaunes à Bernard Le Roux (43e), Dimitri Szarzewski (53e) et Luc Ducalcon (57e). Vosloo encore lui (61e) puis Debaty (66e) passaient deux autres fois la ligne en conclusion d'un gros travail du pack cleermontois. Les quatre essais étaient dans l'escarcelle qui a accompli sa mission sérieux.

Rendez-vous maintenant au printemps pour la suite de leur aventure européenne, pour des Jaunards qui voulaient recevoir dans leur stade fétiche Marcel-Michelin, où ils n'ont plus perdu depus 71 matches. 

Vidéo: Les essais clermontois

Christian Grégoire