Le manager général de Castres, Christophe Urios
Le manager général de Castres, Christophe Urios | AFP - XAVIER LEOTY

Christophe Urios : "La Coupe d'Europe n'est pas finie"

Publié le , modifié le

Avant la réception de Montpellier, dimanche pour le compte de la 4e journée de Champions Cup, Christophe Urios, le manager général castrais, promet que: "la Coupe d'Europe n'est pas finie" malgré la défaite dans l'Hérault le week-end dernier (32-14) synonyme de troisième place provisoire.

Avec un peu de recul, comment analysez-vous la contre-performance de votre équipe à Montpellier ?
Christophe Urios
:" Je n'étais pas content et j'ai été bougon tout de suite après le match. Après coup, je me dis que moi aussi j'ai manqué de clairvoyance. J'avais remarqué que notre éveil musculaire était décontracté, que notre échauffement n'avait pas été bon et ça m'avait mis en rogne. Du coup, j'ai mis le focus sur l'intensité des joueurs qui n'y étaient pas à ce niveau. Mais il y avait sans doute autre chose à faire..."

Quoi par exemple?
C U
 : "A la mi-temps, je me suis focalisé sur cette intensité qui nous manquait alors que mon message aurait dû être différent. Nous étions devant, on jouait à 15 contre 14 et j'aurais dû amener des solutions, dire comment faire pour remporter cette partie. Quand on regarde, il y avait moyen de faire tellement mieux. A un quart d'heure de jeu, il y avait 17 à 14 pour Montpellier et tout était possible. Finalement, on va dire que l'on ne s'est pas compris avec les joueurs. Je ne les ai pas aidés, mais eux, ils n'ont pas mis l'intensité nécessaire".

Comment aborderez-vous ce match retour alors que votre équipe occupe la troisième place de la poule?
C U
: "La coupe d'Europe n'est pas finie, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Ensuite, je vois trois points qui doivent compter pour cette rencontre : d'abord on doit se faire plaisir et essayer de battre ces mecs. Ensuite, on a dit que l'on jouerait à fond les deux matchs contre Montpellier et on va le faire, comme promis. Enfin, il nous faut déjà penser à préparer notre déplacement au Racing (en championnat, ndlr) qui arrivera dans la foulée, seulement cinq jours après".

AFP