Les supporters de La Rochelle au Stade Marcel-Deflandre.
Les supporters de La Rochelle au Stade Marcel-Deflandre. | Franck MOREAU / AFP

Champions Cup - Les Rochelais bouillent d’impatience !

Publié le , modifié le

Ce dimanche, le Stade Rochelais dispute le deuxième match de Champions Cup de son histoire, son premier à domicile, contre la province irlandaise d’Ulster. Après avoir remporté, avec la manière, leur première rencontre sur le terrain des Harlequins (34-27), les Rochelais veulent confirmer leur belle entrée par un second succès, avec l’aide de tout un stade, voire même d’une ville qui se presse de découvrir cette compétition.

Ca crépite ! «Depuis jeudi, on sent réellement l’effet de la Coupe d’Europe », raconte Christelle, la patronne de la Renommée, un bar de supporters rochelais. En effet, en arrivant dans la ville et au vieux port, il n’y a pas que l’air iodé que l’on sent. Il y a une atmosphère, vêtue de Jaune et de Noir qui s’est emparée de certains bars. Ce sont les Rochelais qui s’impatientent. Ils décomptent le temps avant de découvrir la Champions Cup et d’accueillir leur premier adversaire, Ulster, dans cette compétition. Un accueil qui se veut chaleureux envers les visiteurs mais bouillant une fois le coup d’envoi donné par Nigel Owens, l’arbitre de la rencontre, pour soutenir leurs joueurs, dans un stade Marcel-Deflandre qui sera plein (16 000 spectateurs) pour la 25e fois de suite. Chose remarquable.

Les Irlandais découvrent une nouvelle terre de rugby

La rencontre a commencé bien avant ce dimanche. Les supporters irlandais sont présents depuis vendredi. Depuis, les supporters des deux équipes se font le match, apprennent à se connaître. Pour Mike, un Irlandais quinquagénaire venu avec sa femme et ses amis, « l’accueil des supporters rochelais est formidable». Il ne connaissait pas la ferveur autour du club avant de venir et se dit « surpris ».

L’élan autour du club a toujours été présent. « Quand on jouait en Pro D2, il y avait déjà un noyau d’environ 5000 fidèles dans les tribunes. Mais depuis l’an passé, on a passé un cap », raconte un supporter rochelais assis au bar, avec des « anciens » supporters Jaune et Noir, aussi pressés de découvrir la « grande Coupe d’Europe ».

Une ferveur qui se transporte

La ferveur populaire que le Stade Rochelais entraine s’est fait connaître aux yeux du grand public français ces dernières années et veut maintenant dépasser les frontières. Ce qui est déjà le cas. Christelle a servi des supporters rochelais espagnols. « Ce sont des personnes venant de Barcelone qui adorent le rugby et surtout La Rochelle. Ils ont passé la nuit à chercher des places sur internet. »

Si les Irlandais sont conquis, ils préfèrent imaginer en blaguant que les « joueurs rochelais ne donneront pas autant que leurs supporters » afin de faciliter la tâche de leur équipe d’Ulster. Chose beaucoup moins sûre.