Duncan Weir (Glasgow Warriors) tente de bloquer Clément Poitrenaud (Toulouse)
Duncan Weir (Glasgow Warriors) tente de bloquer Clément Poitrenaud (Toulouse) | IAN MACNICOL / AFP

Champions Cup: le Stade Toulousain mate Glasgow et entrevoit la qualification

Publié le , modifié le

Devant 7 000 spectateurs, le Stade Toulousain a réalisé une excellente opération en s'imposant (12-9) sur le terrain des Glasgow Warriors grâce à quatre pénalités signées Sébastien Bézy et à une abnégation de tous les instants en défense. Les Ecossais, qui doivent se contenter du bonus défensif, pointent désormais à six longueurs du quadruple champion d'Europe au classement d'une poule 4 où Bath reste en course pour la qualification en quarts de finale. Les Rouge et Noir peuvent même envisager un sans-faute qui leur permettrait de recevoir au printemps.

Dominé territorialement pendant l'ensemble de la rencontre, Toulouse a surtout brillé en défense à l'image de Yannick Nyanga et Joe Tekori, qui ont inlassablement soulagé leur équipe, notamment en grattant chacun deux ballons  au sol. Et quand leurs coéquipiers ont pu pénétrer dans le camp adverse, ils ont été récompensés de leurs efforts, en transformant en points, face aux perches par Sébastien Bézy, auteur de quatre pénalités (9e, 20e, 48e, 58e), les  miettes de plomb laissées au sol par Glasgow. En face, l'ouvreur écossais Finn Russell a manqué trois pénalités (plus une ratée pour Stuart Hogg).

Incapable de mettre en place de la vitesse dans le jeu, Glasgow, qui n'a battu un club français qu'une seule fois en huit tentatives, a continué d'occuper le camp toulousain, mais en butant toujours sur sa défense efficace et pragmatique.Pénalisés seulement à 10 reprises, les Rouge et Noir ne se sont en outre jamais consommés dans les regroupements. En fin de rencontre, Glasgow, revenu à trois points (74e), s'est montré plus menaçant grâce à l'entrée notamment d'une nouvelle charnière, Matawalu-Weir (6  points pour l'ouvreur remplaçant). Finalement en vain. Toulouse, quadruple champion d'Europe, a donc désormais gagné huit de ses neuf derniers matches et efface en partie les mauvaiises impressions de son début de saison.