Mourad Boudjellal
Mourad Boudjellal, le président du RCT | DAMIEN MEYER / AFP

Champions Cup - Le retrait de 5 points avec sursis infligé au RCT ramené à une seule saison

Publié le , modifié le

Sanctionné d'un retrait de 5 points avec sursis pour les propos de son président, le RCT a vu cette peine modifiée. Au lieu que cette épée de Damoclès dure trois saisons, l'EPCR, l'organisateur, a décidé de ramener cette peine à une seule saison. Le club, qui avait fait appel de la première décision, devra en outre rembourser les frais de procédure.

Après un match contre Trévise et la citation de son capitaine Mathieu Bastareaud, Mourad Boudjellal s'était fendu d'une tirade dont il a le secret.  "Je suis inquiet. Ce que je crains, c'est le côté mormon de l'EPCR avec les Gallois et les Irlandais. Ce sont des gens qui vendent de la morale alors qu'ils n'en ont pas. Les mêmes qui ont des ministres qui se font fouetter dans le privé mais qui passent pour des mecs 'clean' en public." Il avait écopé d'une amende personnelle de 75 000 euros, plus 25 000 euros avec sursis pendant trois ans. 

L'appel du club français, sanctionné par une commission de discipline en juillet, a été "débouté en tous points", explique l'European Professional Club Rugby (EPCR) dans un communiqué. Mais la commission d'appel indépendante "a décidé de modifier les conditions de la décision initiale concernant uniquement le sursis du retrait de points, en réduisant la période de sursis de trois saisons à une seule saison", ajoute l'EPCR. Le RCT devra également rembourser les frais de procédure de l'EPCR qu'il jugeait excessifs. Le club varois, qui porte "la responsabilité globale des actes de son président Mourad Boudjellal", avait été sanctionné pour les propos "discriminatoires et insultants à l'encontre de plusieurs groupes" de ce dernier prononcés en janvier.
 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze