Bayonne
Les joueurs de Bayonne | REMY GABALDA / AFP

Castres, pas le droit à l’erreur

Publié le , modifié le

Fort de sa victoire écrasante face à Bayonne (46-16) la semaine dernière, Castres revient sur le devant de la scène européenne pour affronter les Gallois des Ospreys vendredi en H Cup. La première manche d’une double confrontation qu’il faudra absolument remporter pour conserver ses chances de qualification.

L’heure de vérité a sonné. Vainqueur de Northampton (19-13) pour son entrée en lice puis défait par le Leinster (7-19), Castres n’a plus vraiment de marge de manœuvre dans cette poule particulièrement relevée. Pour se qualifier, les champions de France en titre doivent absolument remporter cette double-confrontation face au dernier de la poule. Le rêve d’un nouveau quart de finale onze ans après celui de 2002 (défaite 17-25 face au Munster) prendrait alors forme.

S’il est revenu dans le trio de tête du Top 14 après un début d’exercice compliqué, le Castres Olympique sait qu’une qualification sera très difficile. La concurrence du Leinster et de Northampton, deux anciens vainqueurs de la compétition, ne plaide pas en sa faveur. D’autant plus que face aux Ospreys, les Tarnais devront se passer des services de l’ailier Romain Martial (épaule) et du talonneur Brice Mach (contusion à l’épaule), deux de ses meilleurs joueurs depuis la reprise.

« Déjà éliminatoire »

Mais Castres a encore les moyens de sortir de cette phase de poules, à condition de réussir le carton plein lors de cette double confrontation à venir. "La marge de manœuvre est étroite et nous n’avons plus le droit à l’erreur, reconnaît Matthias Rolland. Le but est de rester le plus longtemps en vie, et tant qu’il y a de la vie… On va tout faire pour remporter les deux matches face aux Ospreys. Celui de vendredi est déjà éliminatoire. Il faut le gagner et bien le gagner".

Malgré un effectif quelque peu remanié avec Capo Ortega et Caballero sur le blanc et Bornman et Talès au repos, Castres n’a pas le droit de se louper face à des Gallois mal en point en Coupe d’Europe malgré des débuts intéressants en Ligue celtique. Battus par le Leinster (19-9) puis Northampton (27-16), les Ospreys sont même la pire attaque de la compétition si l’on excepte les deux clubs italiens. A Castres d’en profiter au Stade Pierre-Antoine, où le champion de France n’a pas connu la défaite depuis le début de l’année. 

Victor Patenôtre